Encrier 87

Textes de 2022 Texte de Alex de avril 2022

"Météo impromptue du 1er avril - STOP - Jours d'errance blanche - STOP - Tous les vols d'oiseaux migrateurs sont suspendus - STOP - Je répète : toute possible liberté est congelée -STOP

La consigne est la suivante : en ces temps incertains faites ce que vous devez, pas ce que vous pouvez : prenez le risque de ne pas embrasser une fleur, soyez assez puissant pour ne pas cueillir ces lèvres...mais renoncez avec gentillesse, mieux : avec humanité.

Toutes les errances d'embarquement sont fortement déconseillées, errez plutôt en rêve! Finissez ensauvagé sur la terre des hommes ou échoué dans le jardin des femmes, mais au matin, réveillez-vous vivant!

Vous pensiez aimer le blanc? Le calme de ce jardin blanc, cette robe dos nu, légère, l'infini silence plus blanc que sa voix, le haut de la grand voile englouti dans le vertige du brouillard, les fleurs blanches du cerisier sous la neige. Ce blanc qui happe les couleurs et les fruits du printemps en un instant.

En entendant les prédications de la météo, vous pressentez que le vide blanc vous guette, vous rend trop poli par peur, peut à lui seul vous entraîner dans un naufrage irrémédiable. Alors vous renoncez au dehors, pour un temps. Vous restez près du feu, plongé dans votre errance intérieure, chemin de liberté si rarement arpenté faute de temps...Et cette vieille chanson vous revient par la radio si à propos :

Puisque tu pars...

Que les vents te mènent..."

Commentaires 2

  • Daniel DiNëR

    Bonjour Alex,
    Bel exercice à partir des inducteurs...(qui me donnent bien du souci...) j'ai renoncé à digresser sur le blanc...( comme sur le bleu)
    L ' image , inattendue, de la robe légère ne me serai pas venue, très évocatrice cette vision due à l'inspiration féminine...
    DD.

    .

    Daniel DiNëR

  • Lilah

    Ton bel écrit poétique me touche et se marie si bien avec la chanson.


    Bobin dit : " On peut donner bien des choses à ceux qu'on aime . Des paroles, un repos, du plaisir.Tu m'as donné le plus précieux de tout: le manque. Il m'était impossible de me passer de toi(...) Ma maison mentale, ma maison de coeur était fermée à double tour. Tu as cassé les vitres et depuis l'air s'y engouffre, le glacé, le brûlant et toutes sortes de clartés."

    Lilah

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.