Encrier 87

Textes de la 10° semaine (déconfinement1) Texte de Catherine du 18 mai : La Mouche

La Mouche

Les doigts de pied en éventail , Roberto gobe les mouches sous le soleil de Tahiti , grande carte postale punaisée dans son séjour , et reçue de son cousin Gustave qui , quelques semaines plus tôt , avait vendu sa péniche pour se payer le voyage jusqu’à Tahiti .

Une mouche qui passait par là , fut aspirée par une aspiration trop généreuse de Roberto et se fixa dans sa gorge . Il y eut des raclements , des toussotements ,et il finit par se réveiller .

Il était entrain de rêver aux jolies tahitiennes : il venait de recevoir un joli collier de fleurs . La musique battait son plein , il matait les jolies danseuses et les mouvements rapides de leurs bassins .

Il avait envie de se lever et de se trémousser comme elles, et surtout de les approcher , mettre les mains sur leurs tailles ?

Quand le collier se mit à le piquer furieusement à la gorge .

Non , il n’avait pas les pieds enfoncés dans le sable chaud

Non , il n’avait pas de collier autour du cou .

Gustave en avait eu un , certainement , et pourquoi ne revenait-il pas ,celui là ?

Il l’avait en travers de la gorge : son cousin avait eu plus d’argent que lui , il s’était acheté un garage puis une péniche puis il était parti bien loin .

Quand ils étaient gosses ,c’est toujours Roberto qui gagnait à la bagarre .

Pensant être le plus malin , Roberto avait joué tout son héritage au casino pour doubler son capital : il s’était retrouvé tout seul et sans un kopeck .

« Pourquoi j’ai fait ça ? » se mit à crier Roberto .

« Pourquoi j’ai joué tout mon argent ? »

Il se dégoûtait .

Il voulut vomir toutes les bières qu’ll avait avalées dans l’après-midi : il se mit les doigts dans la gorge .

Apparut une mouche bringuebalante , les ailes froissées , faisant des loopings à droite, à gauche , se tapant aux carreaux des fenêtres .

Roberto voulut la tuer , mais occupé à vomir ses bières , il n’y arriva pas .

Puis il se vautra sur son canapé , épuisé . Il se mit à ronfler très vite .

La mouche reprenait ses esprits , et de nouveau se mit à tourner et retourner .

Commentaires 1

  • RUSSELOUP

    Ah là là, ces mouches dans le limousin! Duras n'est pas loin non plus, avec sa mouche.
    Et Sartre aussi, de bon augure: fi des rivalités… mais déjà la narratrice le sait en elle.

    RUSSELOUP

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.