Encrier 87

Textes de 2020 Texte du 25 mars de Daniel Diner : dernier épisode de Sänz-Ôs

...suite dernière...

Ces légendes véhiculaient des peurs ancestrales que les nuits sans lune ravivaient. Pas de preuves, seulement des esquisses, et de fausses résurgences...Mais qui disaient que dans les nuits attendues par l'Enfer éternel, apparaissaient, aux heures lugubres, les appétits infernaux libérés par Lucifer...

Les termes utilisés par le religieux de ce village des Karpates inquiétèrent tant les parents des étudiantes (ils étaient des citadins incultes, sans références...) qu'ils repartirent terrifiés, quittant ces lieux ténébreux, maléfiques... Ils serraient dans leurs mains, des crucifix et des chapelets inutiles vendus par le célébrant grotesque...

Ces gris-gris devaient leur permettre de fuir, au plus vite, la vallée encaissée par des falaises granitiques suintant les âmes des défunts, enfermant des vies en sursis... Serrés dans leurs véhicules vétustes, étreints par le tragique malheur familial, impuissants devant l'entrée de cette église faite de pierres mal équarries,grisâtres et sinistres, un lieu tenu par un prêtre bavard, au regard fiévreux de fanatique illuminé et au verbe cynique et agressif...Un survivant d'un passé fait de mystères épais, d'inexplicables massacres restés secrets depuis des siècles, depuis le temps de Vlad Drakul l'empaleur ! Les paysans du village, illetrés, asservis mentalement, que les anciennes terreurs rentrées avaient rendus mutiques, les regardèrent s'enfuir l'esprit vide, sans pensées aucunes . . .

                                         Fin

Les empalés de Vlad Radu.jpg

Commentaires 1

  • RUSSELOUP

    A mon Daniel.
    Le début de votre texte a fait émerger des rires sonores en ma solitude.
    Voyez-vous, votre histoire se déroulait, se recréait, transformer mon être en votre création tissée des femmes, des fantasmes, du monstre, et du réel ouvert sur les possibles.
    Votre amour s'exprime de plus en plus subtil ou mon oreille y est plus attentive.
    Bien à toi.
    Frédérique

    RUSSELOUP

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.