Encrier 87

Textes de la 3° semaine de confinement Texte d'Alex du 2 avril : Les filles de maintenant

Les filles de maintenant



La petite fille tire derrière elle,

Comme un vieux doudou,

Son gros sac de pleurs.


Avec tous ces maux,



Elle est déjà aussi sage


Que la vieille dame au cabas.


Celle-ci transporte


L'histoire du monde,


de tout ce petit monde


Du temps d'avant.


Elle a dans son cabas,



Couchée sur les journaux,


La vie des six derniers mois,

Ceux d'avant le Corona.


Dans ces récits il y avait,


De la vie, des projets,


Des échanges, des rencontres.

La vie d'avant.


Dans le sac de la petite fille,

Des regrets, de l'ennui,


Des envies irrépressibles,

De la solitude infinie,

Le tout une tristesse.


Le sac pleure, il coule


De larmes sans s'arrêter.


Les larmes pleurent la liberté,

Les rires, les jeux, les yeux,

Les arbres, les amis.


Tout cela confisqué.


Elle se tricote des mouchoirs infinis,

S'invente des petits bonheurs,


Mais rien n'y fait,


Le sac est inondé.




En rêve elle part


Au bord de la mer,
Sur cette petite cale

coulée entre les rochers,

D'où elle peut se baigner

à l'envie, à l'infini.


Elle y retrouve la vieille dame

Qui l'attend en maillot de bain.

Elles plongent dans l'eau fraîche

Et se laissent flotter

Telles de jolies méduses

Bercées par le courant.


Plus tard, lovées dans leurs

Immenses serviettes

Toutes douillettes,


Elles sortent du cabas rouge

Un morceau du monde,

Et le dégustent ensemble

Lisant chaque mot

comme un trésor.


Elles de séparent au soir

Dans le petit vent du Nord,

Chacune plus forte,

L'une d'avoir donné,

L'autre d'avoir reçu,



Ou bien le contraire.




Elles savent toutes deux

Que leur rendez vous imaginé

peut exister, à tout instant,

Loin des contraintes

Administrativo-economico-sanitaires.

Et c'est tellement!




Sur le soleil des rochers,


Le sac de la petite fille a séché .

Le sac de la vielle dame s'est allégé,

Moins de lourd à porter.


Deux filles après tout,

Qu'importent les années.

Dans cette parenthèse du temps,

Elles sont juste MAINTENANT.




Et maintenant,


Que vais je faire,

de tout ce temps

Quelle sera ma vie?

Commentaires 2

  • frédérique brard

    Alex, une femme.
    Qu'elle sera sa vie?
    Sa vie est là, posée, dans la poésie qu'elle donne.
    Projet de vivre, de faire ce qui est important maintenant.
    La tendresse de cette femme est vivante.
    Bien à toi.
    Frédérique

    frédérique brard

  • lilah

    Merci pour ce poème qui m'arrache des larmes , celles dont Bobin dit : " Il y a un don des larmes . Il y a un abîme du monde -et de soi -qui n'est donné que dans les larmes , qui brille au travers d'elles "

    lilah

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.