Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Borges Rencontre avec Borges : Soy / Je suis

Soy

Soy el que sabe que no es menos vano

Que el vano observador que en el espejo

De silencio y cristal sigue el reflejo

O el cuerpo (da lo mismo) del hermano.

Soy, tácitos amigos, el que sabe

Que no hay otra venganza que el olvido

Ni otro perdón. Un dios ha concedido

Al odio humano esta curiosa llave.

Soy el que pese a tan ilustres modos

De errar, no ha descifrado el laberinto

Singular y plural, arduo y distinto,

Del tiempo que es de uno y es de todos.

Soy el que es nadie, el que no fue una espada

En la guerra. Soy eco, olvido, nada.


Je suis

Je suis celui qui se sait non moins vain

Que l’observateur vain qui, au miroir,

Silencieux cristal, s’applique à voir

Le reflet ou le corps de son prochain.

Je sais, muets amis, je sais trop bien

Qu’il n’est d’autre vengeance que l’oubli,

D’autre pardon. Un dieu un jour offrit

Cette clef rare à notre haine d’humains.

Hors d’illustres erreurs, je suis celui

Qui n’a pu déchiffrer le labyrinthe,

L’unité innombrable, ardue, distincte,

Du temps, qui est à moi, à tous. Je suis

Personne, pas même un glaive sanglant.

Je suis l’écho, l’oubli et le néant.

in La Proximité de la mer : une anthologie de 99 poèmes, J.L. Borges édité, préfacé et traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 2010.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.