Encrier 87

Textes de 2022 Texte de Settimio du 13 octobre

Séphora décide, par cette température clémente, de vider le trop plein accumulé lors de cette semaine laborieuse. Seul exutoire : une grande balade en campagne !

Après avoir traversé un village, un champ et une forêt, elle arrive au bord de la rivière, s'installe, sort de son sac à dos son paquet de clopes, son briquet et son cendrier de poche, ainsi que son plus fidèle compagnon : un livre. Alors que la fumée de sa cigarette s'élève en volutes, elle prend conscience du silence profond qui l'enveloppe, si profond qu'elle entend les battements de son propre coeur.

L'eau glisse sans bruit, en paix avec elle-même. Séphora pose les yeux sur deux petites grenouilles qui se contentent, par leurs sauts agiles, de produire de discrets clapotis. Pas un seul coassement, comme si elles voulaient respecter la quiétude de cet endroit. Elle pense alors qu'elle était aussi leste que ces batraciens quand elle jouait à saute-mouton avec ses copines d'école. Un sourire se dessine sur ses lèvres.

Elle lève le regard vers le ciel. Lui revient en mémoire un de ses rêves d'enfant. Elle avait le pouvoir de flotter au-dessus des nuages, légère comme une plume. Elle bravait toutes les intempéries et découvrait d'incroyables phénomènes. A nouveau, un sourire se dessine sur ses lèvres. Il est bon, parfois, de se souvenir du temps qui a passé!!

Le vent vient lui chatouiller les narines, tout en douceur. Elle renifle, tend l'oreille pour s'imprégner de ce vent au parfum d'automne, au chant apaisant. Il ne fait que chuchoter dans les arbres chauves. Rien ne bouge, rien ne frémit ! L'eau de la rivière poursuit son chemin et les grenouilles passent à autre chose...

Il fait déjà sombre. Séphora doit rentrer avant de se cogner à la nuit. Cette promenade, un moment de bonheur !