Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Fernando Pessoa-Alberto Caeiro : Le gardeur de troupeaux

Écoutez Eric Fabre (au Théâtre de la Passerelle de Limoges les 12 et 13 janvier 2012)

(autre traduction)

Le gardeur de troupeaux

Je n’ai jamais gardé des troupeaux,

Mais c’est tout comme si j’en avais gardé.

Mon âme est comme un berger,

Elle connaît le vent et le soleil

Et elle va guidée par la main des Saisons

Toute à suivre et à regarder.

——————————

La paix entière de la Nature sans personne

Vient s’asseoir à côté de moi

Mais moi je demeure triste comme un coucher de soleil

Selon notre imagination

Quand l’air fraîchit tout au fond de la plaine

Et que l’on sent que la nuit est entrée

Comme un papillon par la fenêtre.

—————————————

Mais ma tristesse est tranquillité

Parce qu’elle est naturelle et juste

Et qu’elle est ce qui doit se tenir dans l’âme

Dés lors qu’elle pense qu’elle existe

Et que les mains cueillent des fleurs à son insu.

Comme un bruissement de sonnailles

Par-delà le tournant de la route,

Mes pensées sont contentes.

———————————

Il y a que j’ai mal de les savoir contentes,

Parce que, si je ne le savais pas,

Au lieu d’être contentes et tristes,

Elles seraient joyeuses et contentes.

——————————-

Penser gêne autant que marcher sous la pluie

Lorsque que le vent s’accroît et que la pluie semble tomber plus fort . . .

——————————

Je n’ai pas plus d’ambitions que de désirs.

Être poète n’est pas une ambition pour moi

C’est ma façon d’être tout seul.

——————————————

Et si je désire parfois,

Pure imagination, être tendre agnelet

(Ou bien le troupeau tout entier

Afin d’aller éparpillé sur tout le coteau

En étant plus d’une chose heureuse en même temps),

L’unique raison en est qu je ressens ce que j’écris au coucher du soleil,

Ou lorsqu’un nuage passe sa main par-dessus la lumiére

Et qu’un silence court et fuit a travers les herbes.

————————————————

Quand je m’assois écrivant des vers

Ou que, me promenant par les chemins et les sentiers,

J’écris des vers sur du papier qui se trouve dans ma pensée,

Je me sens une houlette dans les mains

Et je vois quelque silhouette de moi-même

Au sommet d’une colline

Regarder mon troupeau et voir mes idées,

Ou regarder mes idées et voir mon troupeau,

Et sourire vaguement comme qui ne comprend pas ce qu’on dit

Et veut faire mine de comprendre.

—————————————

Je salue tous ceux qui me liront,

En leur tirant mon large chapeau

Quand ils me voient sur le pas de ma porte

Dés que la diligence se dresse sur la crête de la colline.

—————————————————

Je les salue et leur souhaite le soleil,

Et la pluie, quand la pluie est nécessaire,

Et que leurs maisons possèdent

Au coin d’une fenêtre ouverte Une chaise de leur prédilection

Où ils puissent s’asseoir, tout en lisant mes vers.

Et à la lecture de mes vers puissent-ils penser

Que je suis une chose naturelle.

——————————————————

Par exemple, l’arbre ancien

À l’ombre duquel encore enfants

Ils se laissent tomber, floc!, fatigués de jouer,

Pour y essuyer la sueur de leur front brûlant

sur la manche de leur tablier à rayures


IX

Je suis un gardeur de troupeaux.

Mon troupeau ce sont mes pensées

Et mes pensées sont toutes des sensations.

Je pense avec les yeux et avec les oreilles

Et avec les mains et les pieds

Et avec le nez et la bouche.

Penser une fleur c’est la voir et la respirer

Et manger un fruit c’est en savourer le sens.

C’est pourquoi par un jour de chaleur

Si tant de jouissance me rend triste

Je m'étend de tout mon long sur l’herbe,

Je ferme mes yeux chauds,

Je sens tout mon corps étendu sur la réalité,

Je sais la vérité et suis heureux.

Peu m'importe les rimes

Rarement il y a deux arbres semblables l'un auprès de l'autre .

Je pense et j'écris ainsi

Les fleurs ont une couleur mais avec moins de perfection dans ma façon de m'exprimer

parce qu'il me manque la simplicité divine d'être en entier extérieur de moi-même et rien de plus .

Je regarde et je m'émeus et je m'émeus ainsi que l'eau coule lorsque le soleil t'emporte

Et ma poésie est naturelle comme le lever du vent

In Œuvres poétiques, Le Gardeur de troupeaux, La Pléiade, © Gallimard, 2001, p.5 et 6

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Alberto Caeiro estt l’un des principaux hétéronymes de Fernando Pessoa - ces écrivains imaginaires auxquels l’auteur portugais prêtait sa plume et sous les noms desquels ses écrits ont souvent été publiés.

« J’ai connu mon maître Caeiro en des circonstances exceptionnelles – comme toutes les circonstances de la vie, surtout celles, anodines en soi, qui se révèlent être tout par la suite. Mon maître Caeiro, qui ne disait jamais que ce qui était, peut être défini par chacune de ses phrases, écrite ou dite. Parmi tant de phrases écrites et imprimées, parmi tout ce qu’il a pu me dire et me raconter – celle qui le contient dans toute sa simplicité est celle qu’il m’a dite un jour à Lisbonne. Nous parlions de je ne sais trop quoi, à propos des rapports que chacun entretient avec lui-même. Je demandai soudain à mon maître Caeiro : "Êtes-vous content de vous ?" Et il me répondit: "Non, je suis content." C’était la voix de la terre, celle de tout et de personne. »



Alvaro de Campos, hétéronyme de Fernando Pessoa (Notes à la mémoire de mon maître Caeiro, Éditions Unes

Alberto Caeiro est apparu sous sa plume en 1914. Empruntant ses textes aux trois ouvrages connus de cet hétérornyme. Pessoa avait malgré tout imaginé la biographie et dont on connaît même un portrait :

« Même si mes vers ne sont jamais imprimés, ils n'en auront pas moins leur beauté, s'ils sont beaux. Mais ils ne peuvent être beaux et rester inédits, Car les racines peuvent être sous la terre, Mais les fleurs fleurissent à l'air libre et à vue. Il doit en être ainsi coûte que coûte. Rien ne peut l'empêcher ». Alberto Caeiro

Poemes-paiens-d-Alberto-Cairo-et-Ricardo-Reis.jpg

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.