Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Pessoa Rencontre avec Fernando Pessoa-Caiero : Si je pouvais croquer la terre entière..(Le gardien de Troupeaux)

Si je pouvais croquer la terre entière

et lui trouver un goût,

j'en serais plus heureux un instant…

Mais ce n'est pas toujours que je veux être heureux.

Il faut être malheureux de temps à autre

afin de pouvoir être naturel…


D'ailleurs il ne fait pas tous les jours soleil,

et la pluie, si elle vient à manquer très fort, on l'appelle.

C'est pourquoi je prend le malheur avec le bonheur,

naturellement, en homme qui ne s'étonne pas

qu'il y ait des montagnes et des plaines

avec de l'herbe et des rochers.


Ce qu'il faut, c'est qu'on soit naturel et calme

dans le bonheur comme dans le malheur,

c'est sentir comme on regarde,

penser comme l'on marche,

et, à l'article de la mort, se souvenir que le jour meurt,

que le couchant est beau, et belle la nuit qui demeure…

Puiqu'il en est ainsi, ainsi soit-il…

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.