Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Georg Trakl Rencontre avec Georg Trakl : À une mort précoce

À un mort précoce

  Ô l'ange noir qui tout bas sortit du cœur de l'arbre,

Lorsque le soir, doux compagnons nous jouions

Au bord de la fontaine bleuâtre.

Calme était notre pas, les yeux ronds dans la brune fraîcheur de l'automne,

Ô douceur pourpre des étoiles.

———————————————————

  Mais celui-là descendit les degrés de pierre du Mönchsberg,

Un sourire bleu sur sa face, étrangement enfoui

Dans le cocon de son enfance plus paisible, puis mourut ;

Et le jardin garda la face d'argent de l'ami,

Guettant dans le feuillage ou dans les vieilles pierres.

——————————————————

  L'âme chanta la mort, la verte dissolution de la chair

Et c'était le bruissement de la forêt,

La plainte fervente du gibier.

Toujours aux tours crépusculaires sonnaient les cloches bleues du soir.

—————————————————

  Vint l'heure où celui-là vit les ombres au soleil pourpre,

Les ombres de la pourriture dans le branchage nu ;

Soir, lors qu'au mur crépusculaire chantait le merle

Et que l'esprit du jeune mort paisible apparut dans la chambre.

———————————————————

  Ô sang qui sourd de la gorge de celui qui tinte,

Fleur bleue ; ô la lame de feu

Versée à la nuit.

—————————————————

  Nuage d'or, temps. Dans la chambre solitaire

Tu invites souvent la mort

Et sous les ormes tu descends en un dialogue intime le long de la rivière verte.

  ——————

  Georg Trakl - Poèmes majeurs -Traduction par Jacques Legrand - Aubier, 1993

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.