Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Jean Fouquet : Autoportrait (1450)

fouquet.jpg

Il y a déjà quelque temps que j’ai découvert au Louvre cet autoportrait émouvant d'un peintre français du XVe siècle , autoportrait que je ne me lasse pas de regarder : Autoportrait de Jean Fouquet, (peu après 1451)

Je reproduis le commentaire ci-dessous trouvé sur le site expositions.bnf.fr :

« Médaillon de cuivre, émail noir, camaïeu d'or. Élément de la bordure du diptyque de Melun.

Paris, musée du Louvre, département des Objets d'art, Inv. OA. 56 © photo RMN - Chuzeville 
Le médaillon comportant l'autoportrait du peintre, encadré de son nom, "Johannes Fouquet", est enfermé dans un cadre ancien de cuivre doré. Ce médaillon était probablement incrusté dans le cadre du diptyque de Melun.

Côté face, le disque de cuivre est couvert d'un émail bleu sombre, épais et brillant, apparemment d'une matière moins lisse sous le manteau, sans doute pour créer une modulation dans les plis. La peinture à l'or, présente sur les lettres du nom et la silhouette, a été posée directement sur l'émail sombre, avec deux couleurs bien distinctes : un or jaune et une poudre métallescente à reflet rouge qui semble recouvrir le précédent dans les zones sombres, comme par exemple la frange de cheveux et la partie de la joue gauche laissée dans l'obscurité. 
C'est cette alternance d'ors de tonalités différentes, appliqués par longues hachures au pinceau, qui crée l'effet de "camaïeu d'or". Un fin travail d'enlevage à l'aiguille fait ressortir l'émail sombre au niveau des sourcils, des paupières et de la pupille, de la base du nez, de la bouche, de l'intérieur de l'oreille et des poils de la barbe, ainsi qu'à l'intérieur du col et dans l'échancrure du vêtement.
Le médaillon a fait l'objet d'une restauration à la partie supérieure du bonnet, très aisément perceptible car elle est cernée par une craquelure blanche. »

Jean_Fouquet.jpg

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.