Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Maurice Blanchard (1890-1960) Rencontre avec Maurice Blanchard : Filles-fleurs

Filles - fleurs

Elles enivraient les abeilles et leurs yeux dansaient sans jamais toucher la terre. Le vent ne fait pas autre chose et aucun ne s'en étonne, dans les jardins.

Pourtant, la tige des fleurs est un mystère. Pourtant, le rire des filles en est un autre, et aussi le sifflet du train, quand la voie est fermée !

La voie est fermée et la vie éclate, grenade des amours, lourd grenat des dahlias de l'automne , joie extasié de jeunes singes dévorant les géraniums.

Il y eut autrefois des fleurs rampantes qui invitaient au sommeil, les feux de Bengale parsemaient la rade par les nuits d’été.

Baptême de la douceur, un monde de velours succédait enfin aux gueules d’hyènes ricanant dans l’obscurité.

Et j'ai bu l'alcool des abeilles. Le monde devint un immense arc-en-ciel que je me suis mis à gravir, et je me disais: «  Elles ne savent pas ce qu'ils font, mais elles le font bien! ».

Maurice Blanchard-La ligne droite in Les Barricades mystérieuses; p.81-Poésie/Gallimard

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.