Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Michel Deguy et Rodolphe Burger : Rien ni personne

Écoutez Rodolphe Burger

Ce morceau figure dans le dernier CD Good de Rodolphe Burger , sorti en février 2017 :

GOOD.jpg

Rien ni personne

Tu ne tueras pas

Ni tes camarades ni tes profs

Ni tes voisins tu ne tueras pas

Ni à Srebrenica ni à Tel-Aviv ni à Jénine

Ni à Alep ni à Atlanta

Tu ne tueras pas

Parce que Dieu t'attend en buvant sous la treille

Tu ne tueras pas

Ni pour la loi ni pour l'état

—————————

C'est le premier et le dernier

Et c'est le seul commandement

Tu ne tueras point veut dire :

Tu ne tueras pas, c'est tout

Rien ni personne, un point c'est tout

————————

Tu ne tueras pas

Pour le tiroir-caisse de la boulangère

Tu ne tueras pas

Pour l'adrénaline ou pour le flash

Tu ne tueras pas

Pour le compte d'un souteneur planqué sous les tropiques

Tu ne tueras pas

Pour te venger

Tu ne tueras pas

Ni pour jouir ni pour mourir

————————

C'est le premier et le dernier

Et c'est le seul commandement

Tu ne tueras point veut dire :

Tu ne tueras pas, c'est tout

Rien ni personne, un point c'est tout

Michel Deguy

:::::::::::

Voilà la version qui se trouve dans "Comme si comme ça," , Poèmes 1980/-2007, Poésie/Gallimard, 2012 :

TU NE TUERAS POINT

en mémoire de Léo Ferré le 14 juillet 2003

Tu ne tueras point

Ni tes camarades de classe, ni tes profs

Ni les voisins tu ne tueras point ni

À Srebrenica ni à Tel-Aviv ni à Jenine

Ni parce que Dieu t’attend en buvant sous la treille

Ni pour ta patrie ni pour tes idées

Tu ne tueras point

— « point » veut dire

Tu ne tueras pas du tout

Tu ne tueras pas le préfet Érignac

Sous aucun prétexte pas même celui de la gloire oubliée

de Paoli

Ni parce que Dieu t’a donné le lopin

Au lendemain de la Genèse

Ni parce que Mahomet et son âne

Ont quitté la terrasse sous les ailes de l’ange

Tu ne tueras pas pour le tiroir-caisse de la boulangère

Ni pour le chant de ton accélération à 3 grammes 5 d’alcool

Ni pour la plage des souteneurs retirés sous les tropiques

Tu ne tueras ni pour jouir

Ni pour te venger

Ni parce que «tu le vaux bien»

Comme te le serine L’Oréal

Avec tes 300 000 ans tu n’as plus l’âge

De faire le malin

Ni parce que les odeurs du voisin traversent le palier

Ou que le dieu d’en face a une trompe ;

Tu ne tueras pas

Non parce que ce fut écrit sur la pierre

Mais parce que tu te le dis à toi-même

Soudain en plein cœur

Et qu’on te le dit : c’est mieux de ne pas tuer,

Crois-nous (…)

Michel Deguy, Comme si comme ça, , Poèmes 1980/-2007, Poésie/Gallimard, 2012.

::::::::::::::

Dernier livre de Michel Deguy paru en novembre 2016 :

la vie subite.jpeg

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.