Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Paul Valet Rencontre avec Paul Valet(1905-1987) : La parole qui me porte

  Me voici devant vous

Déchiré mais unique


Rescapé

De la paix éternelle


Que pourrais-je vous donner

De plus grand que mon souffle


Il n’y pas de calme

Cuirassé


L’Archange de la Mort

M’a comblé de survie


Je traverse

Mes mortelles évidences


La Raison

Cette marraine de folie


La Croix

Cette marâtre de l’Esprit


La Loi

Cette maîtresse d’infamie


Je commence à comprendre

Sans saisir


****

La parole qui me porte

Est l’intacte parole


Elle ignore la gloire

De la décrépitude


La parole qui me porte

Est l’abrupte parole


Elle ignore le faste

De la sérénité


La parole qui me porte



Est l’obscure parole


Dans ses eaux profondes

Ma lumière se noie


La parole qui me porte

Est la dure parole


Elle exige de moi

L’entière soumission


La parole qui me porte

Est une houle de fond


C’est une haute parole

Sans frontière et sans nom


La parole qui me porte

Me soulève avec rage


****

Voici mes remous

Voici mes orages


Voici ma raison

Qui s’affaisse


Voici ma folie

Qui chavire


Voici ma sagesse

Qui s’effondre


Voici ma joie

Qui éclate


Voici mon déclin

Qui se brise




Voici ma détresse

Qui s’écroule


Voici mon naufrage

Qui se lève


Mon destin

Ce refus de l’Abri


J’envahis mes limites

J’enfonce mes repaires


Je dévaste mes tristesses

Je ravage mes colères


Ma puissance et ma gloire

S’entredéchirent


Mes tempêtes

Ont franchi l’espérance


Et j’avale l’Inconnu

Qui m’écrase

Paul Valet, La parole qui me porte, Mercure de France, 1965. et Poésie/Gallimard 2020Pages 149-155

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.