Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Pessoa : Présentation de "Le Marin" (O Marinheiro)

PRÉSENTATION du MARIN : ÉDITIONS JOSÉ CORTI texte du site : www.jose-corti.fr/le marin pessoa

Le Marin, drame de Fernando Pessoa.

Drame statique

Traduit par Bernard Sesé- éd. bilingue - 72 pages - 1988 - 10,67 €


RÉSUMÉ

     “Pourquoi est-ce que l’unique chose réelle dans tout cela ce ne serait pas le marin, et nous, et tout ce qui est ici, seulement un de ses rêves ?” (p.55)

     En quête d’une poétique du rêve, Pessoa situe également Le Marin au paroxysme du tragique :

     “Oh, quelle horreur, quelle horreur intime dénoue la voix de notre âme et les sensations de nos pensées et nous fait parler et sentir et penser quand tout en nous demande le silence et le jour et l’inconscience de la vie..." (p.63).

     CINQ PERSONNES : Trois Veilleuses, le Marin et “la cinquième personne qui tend le bras et nous interrompt chaque fois que nous allons sentir ” (p.63)– composent ce “drame en âme”.

     “Ne sentez-vous pas tout cela comme une énorme araignée qui , d’âme en âme, nous tisse une toile noire qui nous attrape ?”(p.63)


EXTRAITS

La mer.jpg

    DEUXIÈME.- C’est ailleurs seulement que la mer est belle. Celle que nous voyons nous donne toujours la nostalgie de celle que nous ne verrons jamais...(p.21)

SEGUNDA.- So o mar das outras terras é que é belo . Aquela que nos vemos da-nos sempre saudades daquele que não veremos nunca...

     (...)


     DEUXIÈME.- ... Je meurs d’envie d’entendre les musiques étranges que l’on doit jouer maintenant dans les palais des autres continents...Il fait toujours loin dans mon âme... C’est peut-être parce que, quand j’étais petite fille, je courais derrière les vagues au bord de la mer. Je tenais la vie par la main entre les rochers, à marée basse, à l’heure où l’on dirait que la mer a croisé les mains sur son cœur et qu’elle s’est endormie, comme une statue d’ange, afin que jamais plus personne ne regarde... (p. 29)

SEGUNDA . - ... Sinto-me desejosa de ouvir musicas barbaras que devem agora estar tocando em palácios de outros continentes … E sempre longe na minha alma … Talvez porque , quando criança , corri atras das ondas à beiraram .Levei a vida pela mao entre rochedos , marébaixa , quando o mar parece ter cruzado as maos sobre o peito e ter adormecido , como una estatua de anjo para que nunca mais ninguém olhasse …

     (...)


     DEUXIÈME.- Je rêvais d’un marin qui se serait perdu sur une île lointaine. Sur cette île il n’y avait que quelques palmiers, tout raides, des oiseaux tournoyaient autour... Je n’en ai pas vu se poser... Depuis qu’il s’était sauvé du naufrage, le marin vivait là...Comme il n’avait aucun moyen de revenir dans sa patrie et comme il avait mal chaque fois qu’il s’en souvenait, il se mit à rêver à une patrie qu’il n’aurait jamais eue ; il se mit à faire qu’une autre patrie qui aurait été la sienne, une autre sorte de pays, avec d’autres sortes de paysages, et d’autres gens, et une autre façon de marcher dans les rues et de se pencher aux fenêtres... À tout instant il construisait en rêve cette fausse patrie, et il ne cessait jamais de rêver, le jour sous l’ombre mince des grands palmiers, qui se découpait, ourlée de pointes, sur le sol sablonneux et chaud ; la nuit, allongé sur la plage, sur le dos, sans voir les étoiles. (p.39)

     (...)


     DEUXIÈME.- Un jour qu’il avait beaucoup plu et que l’horizon était très incertain, le marin se lassa de rêver... Il voulut alors se rappeler sa patrie véritable..., mais il vit qu’il ne se rappelait de rien, qu’elle n’existait pas pour lui...Toute l’enfance dont il se souvenait, était celle de sa patrie de rêve; l’adolescence dont il se souvenait, était celle qu’il s’était inventée. Toute sa vie avait été la vie qu’il s’était rêvée... Et il se rendit compte qu’il n’était pas possible qu’une autre vie eût existé... (p. 47)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.