Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Raymond Queneau :Autre Extrait de "Chêne et chien"

Il y a tant de rêves qu'on ne sait lequel prendre ,

mes rêves durent des années ,

mes rêves sont multipliés

par les récits à faire et les dire à entendre .


Je t'apporte l'enfant d'une nuit bitumée ,

l'aire est phosphorescente et l'ombre , illuminée

par ces reflets de vérités ,

charbons cassés brillants , reflète en chaque grain

le papillon réel et qui revient demain .


Les bouchons sur la mer indiquent les filets ,

dans la barque l'on peine et l'on ahane ,

les algues pendent aux crochets ,

le poisson crève au vent , puis grille sur la flamme .


Et qu'as-tu donc pêché maintenant que l'hiver approche ?

Des espaces sont désossés

et des plaines défrichées

et plus d'une tortue meurt dans sa carapace .

Tes songes sont moins secs que la queue d'un hareng

et les explications certaines .

La poésie est morte , le mystère est râlant ,

dis-je .

Il faut revenir en arrière ,

où que tu ailles tu te heurtes le nez .

Tu viens de passer le sevrage

et tu crois voir la nuit l'autre réalité :

ce ne sont que parents au temps de ton jeune âge .

Chêne et chien p. 67-68 Poésie /Gallimard

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.