Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Supervielle : Les Chevaux du Temps

Écoutez Jules Supervielle

Les Chevaux du Temps

Quand les chevaux du Temps s’arrêtent à ma porte

J’hésite un peu toujours à les regarder boire

Puisque c’est de mon sang qu’ils étanchent leur soif.

Ils tournent vers ma face un œil reconnaissant

Pendant que leurs longs traits m’emplissent de faiblesse

Et me laissent si las, si seul et décevant,

Qu’une nuit passagère envahit mes paupières

Et qu’il me faut soudain refaire en moi des forces

Pour qu’un jour où viendrait l’attelage assoiffé

Je puisse encore vivre et les désaltérer.

(Poème lu par Henri Michaux à la fin de sa conférence en Espagne : Recherche dans la poésie contemporaine- poème cité page 982 du Tome I des Oeuvres complètes Pléiade)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.