Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Pierre de Ronsard Rencontre avec un auteur inconnu d'après Pierre de Ronsard (1524-1585): Chanson du printemps retourné

Écoutez James Ollivier

Auteur inconnu d'après Pierre de Ronsard (1524-1585)

Chanson du printemps retourné(1586)

(Il s'agit d'un "retournement" du poème de Ronsard
: Quand ce beau printemps je vois( vous trouvez ce poème dans un autre billet);ce poème "retourné" évoque les guerres de religions, la peste et les misères de l'époque)

Quand ce dur printemps je voy je cognois

Toute malheurté au monde

Je ne voy que toute erreur et horreur

Courir ainsi que fait l'onde


Il n'y a plus d'amitié ny pitié

Et non plus de cortoisye

Il n'y a plus de support ny confort

Tout n'est plus que fascherie


Nous voyons notre prochain qui a faim

Endurer quasi la rage

Sans lui donner verre d'eau ny morceau

C'est bien un lasche courage


Nous voyons les paysans indigents

Demandant partout leur vie

Un bissac pour tout recol sur son col

D'une pauvreté émie


(Nous voyons les grands amys ennemys

Prest à se tuer l'ung l'autre

Nous voyons le père cher deschasser

Son enfant pour prendre un autre


Nous voyons l'enfant divers et pervers

Battre son père et sa mère

Nous voyons un estranger nous manger

C'est un cruel vitupère)


Nous voyons tant de voleurs pleins d'horreur

Qui pillent tuent et saccagent

Ne craignant ni Dieu ny Roy d'un esmoy

Vomissent dix mille rages


Nous voyons les amoureux rigoureux

Laissant leurs gentes maitresses

Au lieu d'être gracieux et joyeux

Portent dix mille tristesses


Nous voyons un jeune enfanté six ans

Renier Dieu et sa mère

Et faisant comparaison sans raison

Donne horreur par trop sévère


(Nous voyons les pauvres biens terriens

Diminuer d'heure en heure

Et les gentisl arbrisseaux vers et beaux

Qui par le pied soudain meurent)


Nous avons eu tant de maux et travaux

Guerre famine et peste

Cruauté horreur esmoy et effroy

Qui nous rompt quasi la teste


Qui est cause de ce mal dur fatal ?

Nos péchés ords et terribles

Nous sommes comme bruteaux

Animaux

A bien faire inutiles


(Nous ne tenons plus de foy ni de loy

Tant nous sommes gens ignares

Nous sommes esblouis des cieux gratieux

A tous nos peschez barbares)


(Et changeons notre vouloir d'un espoir

Et aussy nostre coustume

Recognoissant nostre Dieu en tout lieu

Nous ostera l’amertume)


J'ai voulu par passe temps ce printemps

Vous montrer estre fragile

Afin de vous corriger et changer

Sans estre plus inutile

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.