Association Encrier - Poésies

Quelques textes des ateliers d'écriture d'Encrier87 à Limoges Texte de Alpico

Étendue sur son ottomane, la diva Perséphone, plongée dans un monde parallèie, sirote ce soir-là force ratafia malgré les objurgations de Poupette, sa fidèle chambrière .

C’est que Perséphone tente d’oublier le couac retentissant sorti de sa gorge alors qu’elle chantait la Traviata à la Scala .

Ce soir la diva n’a que faire de la verveine apaisante que lui propose en vain Poupette.

Même Amadeus, son chihuahua adoré, ne peut la consoler avec ses petits coups de langue affectueux .

Alors, entre deux coupes, elle brandit un yatagan effilé, cadeau d’un admirateur turc: elle fait dans l’air avec son sabre de grands moulinets en rugissant ; les vitres de sa loge en tremblent!

Nestor, son imprésario , terrorisé, a beau tenter de relativiser et de minorer sa défaillance:

—Mais quoi ! Seuls quelques mélophiles affutés l’ont remarqué! Penses plutôt à ton dernier triomphe au Met, et aussi au théâtre d’Épidaure … rappelle-toi ….

Perséphone n’est pas en état d’entendre raison.

Sa maîtresse de chant l’avait pourtant prévenue :

—Tes cordes vocales ont besoin de repos, surtout après l’éprouvant festival en plein air d’Épidaure !

Mais Perséphone , taraudée par l’idée que la Castafiore, sa rivale, se dit prête à la remplacer au pied lever, ne peut se résoudre à déclarer forfait :

—Renoncer à chanter l’air de la Reine de la Nuit— moi , l’unique, celle dont la voix voyage dans l’Espace avec la sonde Voyager ! — et que cette bécasse de Castafiore le chante à ma place ! Jamais , Jamais ….

Écoutez

Et Perséphone, repense tout à coup à ce que lui a dit Nestor; elle s’exclame :

— Les mélophiles, as-tu dit? N’est-ce pas plutôt les élihpolem?

— Quoi ?

— Ben oui , mélophile à l’envers , c’est élihpolem , j’adorrre ce mot; ah, pollen ! pollen ! pollen! ; tiens, à propos ,vas me chercher mon pot de miel sous l’escalier.

Nestor obtempère, heureux de la voir changer d’idée .

Il revient vite avec un pot de miel d’acacia , le miel favori de la diva.

Celle-ci se jette sur le pot et après quelques cuillerées , la voilà consolée .

Alors Nestor se dépêche de ranger le yatagan jeté à terre par Perséphone . Dans sa précipitation, le maladroit se fait une estafilade sur la joue gauche.

Perséphone s’étrangle de rire :

— Ah Nestor, toujours le même! On va encore croire que je t’ai griffé …

Nestor sourit et pense : « Ouf, encore une fois, j’ai gagné ; quel métier …! »

Et voilà Perséphone qui lui dit en inspirant profondément :

— Nom de Zeus! Je l’aurai, la prochaine fois, mon CONTRE-UT ; tu verras!

Amadeus se met alors à japper tandis que Poupette frétille tout en rangeant les atours de la diva rassérénée .

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.