Encrier 87

Textes des ateliers virtuels de 2021 Texte de Alpico - Jeu 6

Depuis qu’elle est allée en vacances dans la presqu’ile de Crozon, Natacha s’intéresse aux pierres . Voilà pourquoi.

Quelqu’un lui a parlé des filonets d’améthyste qui pullulent alentour dans des blocs rocheux tombés sur la grève depuis les falaises attaquées par les vagues.

Elle a essayé d’en trouver, mais sans succès .

Mais un jour qu’elle est allée jusqu’aux Tas de Pois aux si jolis noms , elle a pu acheter un beau morceau d’améthyste à un petit breton qui se faisait ainsi de l’argent de poche ( maintenant, il risquerait une amende car tout ramassage de ces pierres est interdit!).

Depuis, Natacha se fabrique une petite collection :

— Lors d’un voyage en Espagne, passant à Puigcerda, elle s’est offert un morceau de stalactite (tite et pas mite, explique-t-elle à sa soeur, car il a un trou en son centre pour laisser passer l’eau qui tombe de la voûte!); son regret est d’ignorer le nom de la grotte d'où il provient …

Natacha préfère de loin les pierres qu’elle trouve elle-même dans la nature .

— ainsi , dans les Pyrénées, l’an passé, elle a déniché dans un petit torrent une pierre constituée de roches de duretés et de couleurs différentes : avec l’érosion, la pierre, quand on la place verticalement , figure une falaise et elle a, à sa base , une zone jaune du plus bel effet ; Natacha est fière de sa trouvaille.

— Une autre , ramassée à Stang-Ar-Liou - une petite plage bretonne non loin de Plouhinec - lui plait beaucoup . C’est pourtant un simple galet mais en forme de coeur : que de bons souvenirs de baignades en famille il lui rappelle: elle revoit, à mer haute, les vagues qui arrivent jusqu’au remblai d’une petite voie ferrée désaffectée ,que de rires alors !

Ce matin , Natacha sort du camping et se rend à la plage, l’air est vif, une petite brise souffle, le soleil est de la partie : chemin faisant , elle gratte dans le sable des deux côtés de la piste, à l’affût de découvertes. Et voilà qu’elle trouve un gros silex taillé dont la forme et la couleur lui plaisent . elle range la pierre dans son sac à dos sans se poser de questions; cette pierre ,pense-t-elle, ne déparera pas sa collection.

À midi , rentrée, Natacha montre le silex à son grand-père qui s’exclame :

— Oh! c’est une pierre préhistorique; elle a été fabriquée par un de nos ancêtres il y a des milliers d’années; c’est un grattoir, un outil qui leur permettait de préparer les peaux de bêtes qui leur servaient après d’habits . Regarde, voilà comment ils la tenaient dans leur main!

Natacha , émue, caresse le grattoir , puis le place dans sa main . Plein de questions courent dans sa tête .

Demain , elle se promet de faire des essais : qu’est-ce qu’elle pourra bien gratter ?

Commentaires 1

  • Shane

    la préhistoire continue de fasciner. découvrir un outil tellement indispensable à l'homme à ce moment là, ramené au monde moderne, les ordinateurs etc.. cela semble si futile; " quoi donc gratter avec ça"
    au milieu de la collection de pierres, celui-ci prendra encore plus d'importance en sachant qu'il y a des milliers d'années, d'autres mains ont taillés cette pierre pour en faire un outil si précieux et utile au quotidien.

    Shane

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.