Encrier 87

Textes de la 5° semaine de confinement Texte de Alpico du 13 avril : Bucolique

Le lilas est fleuri .

L’air embaume

Les bambous frémissent au gré du vent

Les violettes sauvages se sont multipliées

La glycine , encore dépouillée , développe ses grappes mauves

Les fougères déroulent peu à peu leurs plumets

Le gazon , parsemé de pâquerettes, se met à pousser dru

Le rosier Ronsard s’apprête à fleurir; les pucerons envahissent les boutons

Le chat gris du voisin , toujours aussi sauvage , vient nous saluer , queue en panache

Un merle effronté au bec jaune cherche des vers

Les ramiers roucoulent puis nous survolent

Trilles des autres oiseaux

L' hiver est gommé : le printemps est là

Commentaires 4

  • RUSSELOUP

    Printemps-été-automne-hiver-printemps: cycle d'émerveillement de l'ordinaire.

    RUSSELOUP

  • Alpico

    En ces temps misérables de confinement , garder l'espoir , certes :

    mais je tombe sur cet alexandrin de Baudelaire , extrait du poème Le goût du néant ,des Fleurs du mal :


    Le Printemps adorable a perdu son odeur !


    qui exprime , hélas , l'air du temps actuel.
    Merci

    Alpico

  • frédérique brard

    Tu es sûr, ce n'est pas dans les paradis artificiels???

    Sinon, à demeure il est possible aussi de trouver henri de régnier avec son jardin mouillé

    LE JARDIN MOUILLÉ

    La croisée est ouverte ; il pleut
    Comme minutieusement,
    A petit bruit et peu à peu,
    Sur le jardin frais et dormant,

    Feuille à feuille, la pluie éveille
    L’arbre poudreux qu’elle verdit ;
    Au mur, on dirait que la treille
    S’étire d’un geste engourdi.

    L’herbe frémit, le gravier tiède
    Crépite et l’on croirait là-bas
    Entendre sur le sable et l’herbe
    Comme d’imperceptibles pas.

    Le jardin chuchote et tressaille,
    Furtif et confidentiel ;
    L’averse semble maille à maille
    Tisser la terre avec le ciel.

    Il pleut, et, les yeux clos, j’écoute,
    De toute sa pluie à la fois,
    Le jardin mouillé qui s’égoutte
    Dans l’ombre que j’ai faite en moi.

    frédérique brard

  • Alpico

    Merci pour ce poème aux images simples et évocatrices

    Alpico

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.