Encrier 87

Textes de 2022 Texte de Lilah du 16 juin 2022 : J'ai rencontré Rothko ...

Arrêtez-vous devant cette photo de famille et regardez-les tous avec application. Portez en particulier votre attention sur les visages : l’enfant au centre du groupe attire votre intérêt, il n’ébauche aucun sourire et dénote au milieu des autres qui ont pris la pose et sourient à l’objectif.

L’enfant, lui, semble enfermé dans la prison des adultes, il ne pourra pas leur échapper, la photo le prédit!

Tellement sollicité, tellement tiraillé de tous cotés, l’enfant ne ressent plus, ne sait plus; il en a même perdu les mots qui pourraient parler en son nom !

Faut dire que s’il se réappropriait son identité, si sa pensée, ses ressentis et ses mots lui venaient, l’édifice des grands s’écroulerait. Qu’adviendrait-il de leur système construit au fil des générations où, même s’ils sont tous enfermés, chacun a trouvé sa propre place dans une mosaïque toxique pour l’enfant.

Regardez autour de lui ce maillage serré où se conjuguent si bien les problèmes des uns et des autres en phrases, en gestes préfabriqués, mensongers si bien adaptés à notre monde tellement convenable , ce maillage qui étouffe le devenir de l’enfant!

Centrez-vous un instant sur l’enfant écartelé ; écoutez ce que dit son regard, puisque ses lèvres sont maintenant sans vie. Le voyez-vous ce regard encore vivant qui hurle en silence et réclame de l'aide?

Qui oserait approcher une telle douleur, qui se sentirait la force de ne pas fuir devant cet appel au secours , qui prendrait le risque de s’immiscer dans une famille « normale », simplement parce que le regard d’un enfant semble en danger de s’éteindre?

Malgré tout, l’enfant a su au fil des années se nourrir de « petits riens qu’il a mis bout à bout »: paroles qui font destin, chant du merle, nichée de hérissons dans le sillage de leur mère ...jusqu’à entendre un jour une voix intérieure, peut-être un ange gardien , plutôt un protecteur, lui dire:

« Allez, tu dois sortir de ton enfermement, tu dois escalader les interdits, les injonctions contradictoires et tes angoisses originées dans l’ enfance! Quand tu te décourageras, quand tu tomberas, quand tu seras blessé, quand la honte, la culpabilité seront sur le point de te faire abandonner le combat, redresse-toi, lève ton visage vers le ciel bleu, vers le ciel de pluie, vers les signes de vie que tu pressens là-haut ; accroche-toi aux parois de ce long tunnel, agrippe-toi à tes rêves, saisis les mains rencontrées, réchauffe ton coeur à certaines, repousse les nuisibles, ose, ose sans relâche ! Ce sera difficile, moments de joie et de désespérance, mais plus tu graviras les marches, plus la lumière se fera prometteuse et plus ton désir de découvrir cet oiseau au chant si harmonieux se fera irrépressible .

Tu seras tout simplement vivant! »

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.