Encrier 87

Textes de 2020 Texte du 22 mars de Lilah

En pleine croissance du virus , 22mars 2020

Pour pouvoir commencer à écrire , elle doit d’abord mettre « coucou » ou bien « bonjour », parce que les mots ne lui viennent que lorsqu’ils sont adressés à un destinataire particulier ; or aujourd’hui , elle a besoin d’accoucher de mots et il n’y a pas d’interlocuteur .

D’ordinaire la personne pour qui les mots viennent , c’est son fils. Pour son enfant , les mots arrivent , lui échappent et sont souvent en avance sur elle . Quand ils se posent , apaisés , encourageants , tendres , acceptant parfois même ce qu’elle trouve inacceptable , ensuite , quand ils sont là , comme des enfants nouveaux-nés , alors ils lui reviennent en écho et cette mère qui vient de donner vie aux mots s’enveloppe elle-même dans cette douceur et elle fait ainsi un vrai pas vers son meilleur .

Pendant ces jours difficiles , elle ne se sent pas la force de donner , d'écouter , pas la force d' espérer , pas la force de rêver et de se projeter .

Cette femme a longtemps porté un masque et il a fallu le temps d’une vie pour le défaire celui-là , mais c’est fait . Elle ose être celle qui se cachait derrière ce maquillage, obligatoire pour être acceptée par la famille et ainsi paraître sans failles. Son regard sur la vie , sur l’autre , sur elle ,sur demain , ce regard a dû se cacher jusqu’à disparaître loin sous la terre , là où la lumière ne pénètre jamais .

Depuis quelques jours ,c’est l' épreuve de vérité ; cette femme qui a si longtemps préféré l’extérieur à l’intérieur, ces jours-ci , le dehors tue . L’autre est porteur de mort si on l’approche . Comment cette femme peut-elle accepter ça quand c’est la rue qui l’a , sinon sauvée du moins rendue présente au monde .Comment accepter cette situation ?

Elle appelle ses connaissances , ses amis , mais elle se rend compte que l’autre en face a aussi ses terreurs et il est impossible de s’appuyer sur les terreurs de l’autre pour vaincre les siennes .

Alors la femme se questionne : mais qui suis-je « au fond ? » Elle se retourne , regarde le chemin parcouru et se demande si finalement elle a bien compris qu’elle est sur terre pour creuser son sillon , pour rendre la vie plus fertile et plus belle que celle de sa mère et de la mère de sa mère avant elle. Elle voit le chemin qui reste à parcourir .

Elle veut mettre les bouchées doubles par ce temps de menace , il y a urgence à « être » mais la menace la terrifie tellement , comme quand elle était petite . Prostrée sur sa chaise, elle ne fait rien . Vouloir avancer et être pétrifiée , finalement comme avant , comme il y a si longtemps !

D’un coup la décision se prend , elle s’arme d’un stylo , attend ,dans le vide ; elle s’agacerait presque quand les premiers mots se mettent à sourdre timidement puis à prendre de la force jusqu’à lui échapper violemment et ils courent , ils courent sur la feuille et font fuir les angoisses de l’enfance-sans-mot.

Elle se lève de sa chaise , continue vaillamment la route …malgré tout .

Commentaires 2

  • RUSSELOUP

    Echos sonores, vivants, dans mon puits sans fond.
    Lilah, des émotions galopent sur ma peau à le lecture de votre écrit.
    Je me sens bouleversée, de l'onde de votre existence.
    Bien à vous de ce sillon qui creuse des racines lianes, racines de notre nature humaine.
    Frédérique

    RUSSELOUP

  • daniel.diner@wanadoo.fr

    Bonjour Lilah. Cette histoire parle bien de l'époque que nous traversons...
    Tous-tes nous obéissons à la "grande crainte" qui demeure approximative,
    inavouée, proche et lointaine...
    Je me rapproche de ton texte pour avoir, il y a qq-années, écrit un texte
    qui traitait de l'évaporation de la mémoire...
    Et je me rassure grâce aux samedis matins d'un encrier partagé.
    DD.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.