Encrier 87

Textes de la 2°semaine de confinement Texte de Magali .L(jeudi) du 29 mars

—  Ah ma pauvre Simone , plus rien ne ressemble à rien !!!

—  Eh oui mon petit André les choses ont bien changé .

— Tu te souviens , dis , de notre premier baiser ?

— Pour sûr , celui d’après le bal où tu m’as fait valser .

— Ah oui y’avait celui là , mais te souviens – tu de l’autre celui où je n’y étais pas arrivé ?

— Tu veux vraiment parler de ça maintenant, alors qu’ un demi siècle nous a séparés   .

— T’ as pas tort . Ça fait comme un boomerang avec pas mal de toiles d’araignées . Mais tu vois , ce moment là , il m’est bien resté .


— A qui tu parles, papa ?

— Ah! ma chérie, t’es là .


La Tv était resté coupée .

André était resté passif en ce dimanche . Nez à la fenêtre , yeux entremêlés .

Il était 18 h , sa fille était rentrée de son stage , qui sert à libérer les tensions de sa semaine , à détricoter .

Lui , toujours pensif , le regard toujours doux , toujours franc , avait dans son extrémité comme une goutte qui voulait glisser .


—Alors ma chérie t’as bien dansé ?

—Oui papa j’ai tourné , tourné et j’ai vraiment aimé .


Le père prit sa soupe , la fille prit ses clés

Lundi est arrivé .

Jamais plus on ne l’a vu pleurer .

Commentaires 2

  • Daniel  DiNëR

    Bonjour Magali,
    Ah ! qu'en termes nostalgiques ces vies là sont dites...
    Des vies (presque) finies et une nouvelle, inédite.
    Cela nous conte une histoire que les moins de vingt
    ans pourront saisir ? Peut-être oui ou non, en vain...

  • RUSSELOUP

    Au croisement des espoirs, de ce qui se répare.
    L'unisson de l'affection résonne en mon cœur de lectrice.
    Tes mots de douceur Magali.
    Bien à toi.
    Frédérique

    RUSSELOUP

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.