Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Armand Robin : Vie d'Essenine

Vie d’Essenine

Vie d’Essenine chantée par un paysan russe

De la région de Riazan

————————

Le plus triste et le plus tendre des garnements

Fut batailleur , battu , saignant pendant trente ans ..

————————————

Il fit d’abord le fier dans nos guerre d’enfants ,

Sa mère en l’injuriant torchaient son nez sanglant .

——————————

Mais plus tard nul ne vint soigner son âme en sang ,

Des femmes bien vêtues l’aimèrent méchamment .

——————————

Il a chanté les chiens , les arbres , les blés mûrs ,

Mais les hommes jamais , puisqu’il n’était pas dur .

—————————————

Tous les fils de bourgeois s’unirent , le meurtrirent ,

Le fusil vert des branches ne put le secourir .

—————————————

Et nous-mêmes hélas ! l’avons laissé languir ,

Car nous ne savions plus s’il fallait le chérir .

—————————————

Il était plus que seul lorsqu’il marchait tout seul ,

Il embrassait la nuit l’érable et le tilleul .

———————————

«  — L’as-tu donc vu dans l’ombre , ô mère sans parole ? «

«  — Oui , mais pâle , ses yeux me rendent maigre et folle ! «

————————————

Pour oublier son mal il dut faire le mal ,

Même alors il aimait saluer un cheval .

————————————

Il fut bientôt partout l’homme dont nul ne veut :

Quand il revint à nous le blé fut silencieux .

—————————————

«  Voyez ! je n’ai pas pris les pas d’un grand monsieur :

«  Toi , ton métier , c’est d’être riche . Fils . Adieu . «

——————————————

De voir que tout son monde était si malheureux ,

Un soir , il se cacha , regarda dans le bleu .

———————————————

Vit le bleu dans le ciel , vit le bleu dans ses veines ,

Se tua sans penser ,sans croire à notre peine .

———————————————

Sur les bouleaux s’endort notre complainte vaine .

La neige de sa gloire a contrasté nos plaines .

Armand Robin

André Markowicz précise à la page 88 de son livre « Partages ,Volume2 »(édité chez inculte/dernière marge en septembre 2016) :

« Ce texte est au centre du premier livre de__ Armand Robin , « Ma vie sans moi »

Il ajoute : « Robin (a) écrit une vie d’Essenine —fils de paysan russe déraciné dans les milieux littéraires et voué au suicide, qui (est) en fait une vie de Robin , fils de paysan breton déraciné dans les milieux littéraires et voué au suicide. »

Il s’agit bien d’un poème de Robin et non d’une traduction d’un poème d’Essenine : »C’est une sorte de quintessence de la poésie d’Essenine ,avec la plupart de ses thèmes » (page 89)

A.Markowicz-vol2.jpeg

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.