Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Jacques Roubaud : La Joconde

La Joconde

Les vrais amateurs

pour voir la Joconde

ne vont pas au bout du monde

ni même au Louvre

———————————

Ils vont au coin de la rue

de La Rochefoucaud et de la rue

Notre-Dame-

de-Lorette

ils entrent dans le café

elle est là

———————————

Le tableau est sur le mur

beige et crème

le cadre est beige et crème et un peu orange

la toile est signée

de la main même de l’artiste

E.

Mérou.

C’est la Joconde

la Joconde de Mérou.

Mérou Emile? Mérou Eugène? Mérou Ernest?

pourquoi pas Emilie, Eugénie, Ernestine?

comment savoir?

————————————

Derrière sa vitre bien propre

la Joconde a l’air contente

elle me regarde

elle sourit

pas la moindre condescendance

pas un atome de mystère

placidité

calme

belle

—————————

La Joconde, quoi !

—————————

Les vrais amateurs

ne vont pas au bout du monde

au Sélect à la Rotonde

au fond des jongles profondes

ni aux îles de la Sonde

ni au Pérou

mais à deux pas du Sacré-Coeur

ils viennent voir la Joconde

——————————

La Joconde la Joconde

la Joconde de Mérou

—————————

Bref

célé célé

brons la Joconde

lajocondedemérou !

Jacques Roubaud, La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le coeur des humains, Poésie/Gallimard, 2006, pp 33-34

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.