Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Jacques Roubaud Rencontre avec Jacques Roubaud : Pont Mirabeau

Seize

Pont Mirabeau

                         Les mains dans les mains restons face à face
                         Tandis que sous
                         Le pont de nos bras passe
                         Des éternels regards l'onde si lasse
                                                   Guillaume APOLLINAIRE

Quand on a dix-huit ans et que le temps est beau

Avec son amoureuse on va pont Mirabeau

Le ciel a pris du bleu, les oiseaux leurs pipeaux

                 Tombe le soir le fleuve traîne
                 Regarde en bas, c’est la Seine

Margret est allemande. On visite Paris

La tour Eiffel l’agace, le Sacré-Coeur aussi

Je pense à Mirabeau, et nous voilà partis

                Tombe le soir le fleuve traîne
                Regarde en bas, c’est la Seine

Nous sommes face à face et nos mains font le pont

La Seine est bien dessous, mais l’eau point ne voyons

Tant la pierre est opaque. Quelle déception!

                  Tombe le soir le fleuve traîne
                  Regarde en bas, c’est la Seine

Nous revenons penauds. Le fleuve est gris, lent, pâle.

Margret est silencieuse. Le silence s’étale.

Les histoires d’amour, souvent, finissent mal.

                  Tombe le soir le fleuve traîne
                  Regarde en bas, c’est la Seine

Jacques Roubaud - Octogone-Vingt partitions parisiennes pages174-175 - Gallimard 2014

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.