Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Philip Larkin (1922-1985): The Life With a Hole in It - La vie avec un trou dedans

The Life With a Hole in It

When I throw back my head and howl

People (women mostly) say

But you've always done what you want,

You always get your own way

- A perfectly vile and foul

Inversion of all that's been.

What the old ratbags mean

Is I've never done what I don't.

——————————————

So the shit in the shuttered chateau

Who does his five hundred words

Then parts out the rest of the day

Between bathing and booze and birds

Is far off as ever, but so

Is that spectacled schoolteaching sod

(Six kids, and the wife in pod,

And her parents coming to stay) . . .

——————————————

Life is an immobile, locked,

Three-handed struggle between

Your wants, the world's for you, and (worse)

The unbeatable slow machine

That brings what you'll get. Blocked,

They strain round a hollow stasis

Of havings-to, fear, faces.

Days sift down it constantly. Years.

:::::::::::::::::::::::::::::::::

La vie avec un trou dedans

Quand je rejette ma tête en arrière et hurle ,

Les gens (les femmes surtout) disent

Mais tu as toujours fait ce que tu as voulu,

C’est toujours toi qui décides

- Une inversion parfaitement exécrable

Et répugnante de tout ce qui a été.

Ce que les vieilles peaux veulent dire

C’est que je n'ai jamais fait c’que j’fais pas .

——————————

Et donc le salaud bien au chaud dans son château

Qui écrit ses cinq cents mots

Puis partage le reste de la journée

Entre la piscine , l’apéro et les pépées

Reste toujours hors de portée, mais tout autant

Cet enfoiré d’instituteur à lunettes

(Six gosses, et sa femme en cloque,

Et ses parents à elle qui viennent s’installer). . .

—————————

La vie est une lutte à trois,

Immobile et verrouillée, entre

Combat à trois mains entre

Tes visées, celle du monde à ton égard , et (pire)

La lente et invincible machine

Qui apporte ce que tu auras. Bloqués,

Les trois peinent autour d’une vaine congestion

D’obligations, de craintes, de visages.

Les jours filtrent à travers ça constamment. Les années.

Traduction de Guy Le Gaufey avec la collaboration de Denis Hirson .

Pages 161 de La vie avec un trou dedans éditions Thierry Marchaisse, octobre 2011

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.