Encrier 87

Textes de la 5° semaine de confinement Texte de Daniel du 13 avril

La Mort s'ennuyait. . . Non qu'elle manquât d'ouvrage, certes non. Mais cela relevait du train-train, de la routine. Des guérillas en Afrique, exportées depuis le Moyen-Orient qui brûle depuis...1947 ! Et le Mashrek contre le Yémen. Les guerres d'Irlande, et celles des Balkans, l'Ukraine, la Syrie, et le cône-sud avec ces tueries liées aux narcotiques... En Inde et en Birmanie on élimine délibérément. A cela il faut ajouter le phénomène des migrations diverses dont la Lybie  garnit le cimetière marin...Et des attentats un peu partout comme il se doit...


  La Mort regrettait le XXième siècle au palmarès éloquent, incomparable ! Deux conflits mondiaux, des dictatures, des camps d'extermination, des goulags, des déportations massives, des gazés, des disséqués, la Shoah, une pandémie énorme, l'Holocauste. Les comptes de la Camarde tournaient autour de 200 à 300 millions de trépassés dont Elle était le résultat mais pas la cause. La mise à feu de la première bombe, du premier tir de canon, cela se discutait entre Dieu et Diable... A l'autre les agressions, les conquêtes et les massacres... A l'un les résistances, les re-conquêtes, les libérations et les massacres... Et les humains feront le reste avec, au final, la chevauchée de la Grande Faucheuse. A une époque les Walkyries l'aidaient offrant le Walallah aux guerriers tombés glorieusement (!)


  Et malgré tout cela ils sont plus de 7,5 milliards sur la Terre ! Et on parle de 10 milliards pour 2050 ! Incompréhensible et partant inacceptable pour Elle qui règne depuis les premiers instants où la vie est apparue dans les mers. Struggle for life ! C'est le mot d'ordre général qui se traduit par les lois de l'évolution, le darwinisme social disent-ils, seuls les plus forts survivent ! Pour se reproduire... Plus tard ce serait les luttes entre Sapiens-Sapiens et Sapiens-Néanderthalensis pour aboutir à ce XXIième siècle sans grand relief, jusqu'à l'année 2020, improbable mais prometteuse... Elle décida donc de descendre voir de près l'état des choses sur la Planète bleue. Enfourchant son cheval Elle commença son survol un peu au hasard. Elle vit des levers et couchers de soleil beaux à mourir !. Une scène l'arrêta. Sur une dalle un  homme dansait, il tournait, il se pliait, se tordait et semblait vouloir séduire une femme nue dont le masque figé présageait une union mortelle. La tigresse-femme, de sang assoiffée, attendait . . . La Mort s'éloigna, les décès trop simples ne méritant guère son attention. Comme cet homme berçant un jeune enfant dans la lumière du petit matin. Celui-là aussi Elle ne fit que l'effleurer. Il frissonna sans savoir ce qui venait de les frôler, lui et l'enfant...Ce froid qui passa ainsi... Ces quelques individus isolés l'intriguèrent... Ne seraient-ils que des survivants ?


  Elle fit plusieurs tours de la Terre. L'Equateur, puis les Tropiques. Rien, Elle ne ressentait rien... Elle doutait, s'interrogeait. Quoi ? Elle ne comprenait pas. Qu'avait-Elle vu ? Et là, un choc !  une terrible réalité lui apparut. Maintenant Elle comprenait. Personne, il n'y avait personne. Un pays aussi peuplé que la Chine semblait quasi-vide...Et d'autres aussi. Les capitales surpeuplées comme Paris, Berlin, Rome et Madrid étaient vides, personne ! Où étaient-ils ? Ce mystère s'imposa soudain !


  A qui demander ? Dans le passé il lui suffisait de marcher au son du canon comme à Waterloo, Elle fauchait les âmes et volait les esprits. Mais là...que faire ? Au dessus des Champs-Elysées, sans autos, Elle remarqua une  petite fille rousse, seule, qui entrait dans un immeuble hausmannien. La Mort passa par une fenêtre et découvrit Fifi-brin-d'acier, nuage d'éphélides sur le nez, assise devant un objet étrange. Une sorte de tableau composé de 64 gommes à papier. La petite semblait faire une réussite en retournant gomme après gomme, cherchant une solution. La Camarde ne comprenait rien au jeu, quand une gomme retournée montra un signe : un "C", une autre un "O" et ainsi jusqu'à  11 lettres...


                 Et Elle connut le mystère des humains invisibles, les 11 lettres disaient :

                                                  "C O N F I N E M E N T "

Commentaires 2

  • anonyme

    On est déconfiné dans l'espace et dans le temps par ce texte instruit . Alors qu'on voyage avec la camarde , j'ai eu le sentiment au contraire de voler sur les ailes de la vie .

    anonyme

  • Anonyme

    Quel joli point de vue , le confinement comme un cache-cache enfantin avec la mort. Un brun d'espièglerie farouche pour tromper la mort à jamais

    Anonyme

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.