Encrier 87

Texte de Frédérique du 10 avril : Suite à l'histoire de Bouc et Blanche-Noire

Bouc  tout à l’élaboration de son nid, se saisit d’une branche et traça à même le sable, moult projets : maison, verger, potager, élevage ostréicole, plantation de vigne…. Blanche, nauséeuse, décida de se rapprocher du rivage, espérant que l’air marin, offrirait quelques répits à ses acidités. Une lueur inhabituelle attira son regard. Elle émanait du pied d’un cocotier. Un livre noirâtre, maculé de dorures  était posé là. Adossée au tronc de l’arbre, elle s’assit. Malgré l’empreinte temporelle sur l’incunable, Blanche parvint à déchiffrer quelques lettres ; enfin  le titre se dévoilait : Histoire des Upolussiens au temps des Poipoilus.


  Lecteur, arrêtons-nous ici un instant, si tu veux bien ; Upolussiens est le nom des habitants de l’île Upolu. L’étymologie laisse apparaître que celui-ci s’origine dans le nom de «  poipoilus ».   La présence des Poipoilus, sur  l’ïle Ipolu, fût attestée par la découverte d’une amphore en forme de noix de coco- visible au musée de l’homme à Memphis, allé F-. Sa restitution au peuple Ipolussiens fait encore à ce jour l’objet d’échanges entre les deux pays, sans que pour autant, les négociations n’aient trouvé d’aboutissement. De fait, l’échange semble se baser sur une conversion en monnaie de singe.   Ce que Blanche découvrit, c’est que les premières traces attestées de la présence des Ipolussiens sur l’île dataient d’environ 350 ans, calendrier géorgien. Elle découvrit que leur habitat était bâti sur le modèle d’un radeau qui contenait sept étages. Les maisons radeaux étaient bâties à partir  des matières premières de l’île : troncs des cocotiers, feuilles de palmiers ; des cordages étaient tressés à partir des membranes des arbres de l’île. Le septième étage des maisonnées était traditionnellement réservé à la gente féminine. Blanche se demanda si l’architecture de l’île avait quelque lien avec le septième ciel. L’incunable mentionnait que l’organisation de la société Upolussienne était originellement matriarcale. Ainsi longtemps les femmes, toutes générations confondues, étaient nommées Luposussonnes. A la page 76, une illustration retint l’attention de Blanche : elles présentait une femme, qui à la fenêtre du septième étage d’une maison radeau posait à son balcon trois noix de coco. Des cordes étaient attachées du balcon du 7ème jusqu’au sol de l’habitat. L’auteur de l’ouvrage précisait au-dessous de l’image que les Luposussones déposaient à leur balcon des noix de coco indiquant aux hommes présents, l’effectif admis à grimper en leur gynécée

Blanche suspendit sa lecture, ses paupières se firent un peu plus lourdes qu’à l’accoutumée. Quelques songes vinrent la visiter : Bouc affairé à consulter le kama-sutra, l’histoire de SÄN ÔS que son arrière grand-mère lui racontait, quelques évocations de cousins ayant ramené des haïkus d’un voyage en orient, des histoires de chats, de trains, de gares, des polars, des histoires de lilas…Maintenant, Blanche ronflait au pied du cocotier, le cuir de l’incunable ouvert sur ses cuisses, les pages se tournant au grès de la bise.

Commentaires 3

  • Alpico

    Bonjour Frédérique ,
    Bravo d'avoir imaginé cette suite .
    Toutefois , j'ai été distrait car l'île des Samoens en question a pour nom UPOLU et non IPOLU,
    comme le montre la carte ci-dessous : je vais , de ce clavier , aller corriger mon erreur .

    Toi aussi,situ le souhaites, un petit rectificatif est possible !

    C'est que les aventures de Blanche et Bouc , c'est du sérieux !!!!

     

     

    Alpico

  • Frédérique

    Bonsoir.

    c'est noté pour Upolu. La sonorité IPOLU m'avait inspiré au regard de la situation de Bouc et Blanche, du confinement…"Ils polluent "
    Je m'incline devant l'île au trésor. ..
    je transmets les modifications dès que possible.
    D'une certain façon, il me semble que les aventures et Bouc et Blanche appellent une forme de sérieux, et du rire aussi.

    Frédérique

  • encrier

    Je mets un  lien ci-dessous vers un billet qui se trouve sur encrier87.fr/textes , annexe du site encrier87.fr . Ce billet parle du  voyage de Hugo Pratt dans l'île de Upolu :

    (en cliquant sur la ligne ci-dessous , hop,le billet en question s'affiche)

    http://encrier87.fr/textes/index.ph...

    encrier

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.