Encrier 87

Textes de la 5° semaine de confinement Texte de Sylvie du 13 avril : LETTRE A L 'ENFANT QUE JE N 'AI PAS EU

                Mon enfant,

                        Je ne saurai jamais si tu aurais été Chloé ou Quentin. Ton papa et moi avions choisi de garder cette surprise pour l 'heure de ta naissance.

        Au moment où nous avions le projet de te concevoir, les événements se sont mêlés et entremêlés et nous avons décidé de renoncer non par manque d ' envie ou de courage mais par prudence et surtout par amour , voulant t ' offrir le meilleur de chacun de nous pour que tu sois TOI.

        Pendant plusieurs années, nous avions pourtant préparé ta venue.Nous avions gommé certains aspects de nos passés respectifs que nous ne voulions pas t ' imposer pour que tu puisses respirer à ton rythme. Nous avions l'intention de t'aider, de t'accompagner et de construire avec toi une famille.Au fil des ans, nous aurions échangé sur nos frustrations réciproques, nos bleus à l 'âme pouvant être plus froids que la glace, le lion auquel on a volé sa savane mais aussi les merveilleux spectacles des corps de ballets canadiens.Nous aurions constitué un bel ensemble ouvert duquel, un jour, tu te serais envolé avec la possibilité de revenir à tout moment.

        Il y aurait sûrement eu des coups de frein, des coup de sang et tu aurais probablement souhaité que rien ne te résiste qu'il s'agisse de ton cheval à bascule ou des petites et grandes difficultés de la vie pour lesquelles nous t'aurions fourni des armes bien rangées en ordre de bataille afin que tu puisses les utiliser quand tu aurais été contraint d'attaquer ou de riposter contre les vents mauvais de l ' existence.

        Aujourd'hui, tu serais adulte.Tu nous reprocherais,sans doute à raison, quelques indélicatesses à ton endroit et nous serions disposés à les entendre.Cependant, ton plus beau compliment serait de nous dire que nous t ' avons autorisé à prendre, entre ciel et terre, l'espace dont tu avais besoin pour grandir avec l ' amour de tes parents scintillant sans cesse comme une étoile.                                                                        Ta maman

Commentaires 2

  • anonyme

    Cet écrit , discret et courageux à la fois traverse le corps et le laisse frissonnant d'émotions que les mots ne traduiraient pas . Merci Merci .

    anonyme

  • Liseroon

    Être mère...et ne pas avoir l'enfant...je n'ose mettre un commentaire que pour vous remercier d'avoir osé, d'avoir mis des mots sur le manque, le regret, la tristesse, la douleur...l'AMOUR pour l'enfant que l'on n'a pas eu, pour l'enfant envolé à 17 ans, pour tous les enfants qui ne sont pas ou plus mais qui vivent dans notre coeur...pour ceux qui n'ont pas un foyer aimant comme vous leur offrez, pour les enfants errants, oubliés, silencieux, maltraités, seuls, incompris, prisonniers...non désirés...
    Un mot, un regard, un sourire...être mère...père...

    Liseroon

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.