Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Guillaume de Machaut (1300-1377) : Extrait du Lai de bonne espérance

Miniature tirée du plus ancien manuscrit connu des oeuvres de Guillaume de Machaut et contemporain de l’artiste – Manuscrit 1586 – Bnf.jpg

Car ma dame, que Diex

gart,


Par un dous riant regart,

D'ardant desir fist un dart

Et un d'esperence. ...


Ne savoie,

Quant fui pris,

Se j'estoie

Mors ou vis ; ...

Ne queroie

Paradis,

Autre joie

N'autre pris ;

Ne sentoie

Riens, tandis

Que veoie

Son cler vis

Qui m'a de s'amour espris.

:::::::::

Car ma dame (que Dieu la garde !)

D’un doux regard rieur,

Fit un dard d’ardent désir

Et un autre d’espérance 


Je ne savais

Quand je fus pris

Si j’étais

Mort ou en vie.

Je ne désirais

Ni Paradis

Ni autre joie

Ni autre prix ;

Je ne sentais

Rien, tandis

Que je voyais

Son clair visage

Dont je me suis d’amour épris.

Guillaume de Machaut, "Le Lai de bonne espérance" (extraits), Le Voir Dit, XIVe siècle, traduction Stanislaw Eon du Val.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.