Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Michel Leiris Rencontre avec Michel Leiris : Fissures (1969)

I

Rien

et pourtant pas le vide :

plutôt que rien ,

un rien .


fissures2.jpg

II

Sans doute

il ne s'en faut que d'un fil

mais un rien

ça n'est pas rien !


Fil tordu ,

grain fendu

suffisent pour que le vide

en moins que rien

se vide de tout son vide .


fissures3.jpg

iii

Arraché au revers du miroir ;

ce qui

– pâture pour nous –

pointe vers notre oeil

devrait , lourd ou léger ,

être cela de moins

qu'absorbera le côté pile .


fissures4.jpg IV

Fragile filière

pour qu'à l'instant

sur la terre éraillée

nos couleurs s'étendent comme un baume :

tracer ,

nommer ,

marier poussière et gouttes d'eau .


fissures5.jpg V

Filon minier ,

fil d'Ariane

ou corde pour se pendre

seules nous touchent

les images à double tranchant

qui dessillent et ravagent .


fissures6.jpg VI

Rien qu'un rayon

rien qu'un chiffre .

Découvrir le point de fuite

qui mène à l'obscur réduit

où la foudre s'engouffre .


fissures7.jpg VII

Foulées creusant le sable ,

empreintes digitales ,

coeurs gravés dans la peau des arbres ,

filets de graffitis sur les murs d'un cachot ,

rides et cicatrices

en quoi la vie se résume ,

encoches de bâton ,

noeuds au mouchoir ,

tatouages

à la teneur d'archives ou de pedigree ,

signes de quelque chose qui s'est passé

ou allait se passer ,


même à jamais perdues

ces traces

persistent peut-être à peser

de toute leur minceur

sur l'inanité du rien .


fissures8.jpg VIII

À moins qu'ils ne laissent dans l'espace ruiné

une file d'impalpables moulages ,

si tout retourne à zéro

pourquoi faire comme si

aux pages d'un livre d'or

nos gestes restaient éternellement inscrits ?


fissures9.jpg IX

Devenir

par quelle chance ?

la plaque qui recrache plus vivant

ce que l'eau-forte a mordu ,

souvenirs ,

usures ,

dont on se sait lesté

sans plus savoir par quoi .


fissures10.jpg X

Parier sur un peu

c'est oser beaucoup.

Mais rien n'étant

–le trait tiré–

à gagner ou à perdre ,

plein et creux

sont à renvoyer dos à dos .


fissures11.jpg XI

Au joint de la veille et du rêve ,

de la parole et du silence ,

comment trouver

ni sa saison ni même son heure

mais sa minute sans horloge ni balance ,

sans monnaie ni cordeau ?


fissures12.jpg XII

Furtive poussée de lave

(le temps , hors cadran , d'un éclair

ou d'un battement de cils ) ,

tout ajout ,

tache

ou infléchissement

n'est-il pas

– viol , dol , rapt –

un acquêt sur la neutralité des choses ?


fissures13.jpg XIII

Du blanc au noir ,

du oui au non

l'aiguille , jour et nuit , oscille


Tout est au mieux

tant que dure

ce mouvement nauséeux .


XIV

Réglé ,

fixé ,

maté ,

rien n'est plus rien

quand rien n'est plus en suspens .

Rouge ou noir ,

lumière ou ombre ,

faudra-t-il à tout coup

jouer le tout pour le tout

si rien n'existe qui ne tienne à un fil ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.