Encrier 87

Textes de la 7° semaine de confinement Texte de Daniel du 29 avril : Retour à Hogwarts

Il y avait, il y a quelques années, dans une contrée proche, une jeune fille, Clara, qui venait d'avoir treize ans.

Sa Tante Bianca, en lui remettant son cadeau, lui dit :

"C'est dans l'année précédente que tu es née à ta deuxième vie Clara...Prends ce livre il est temps. Je l'ai reçu à ton âge; lis le, apprends, surtout retiens et quand nous aurons la visite d'Alba, de la Maison Poudsouffle, tu décideras de ton départ, avec elle, pour Hogwarts..."




Depuis toujours Clara vivait chez sa tante qui l'avait adoptée après la disparition de sa mère peu après sa naissance.

Quant à son père il semblait n'avoir jamais existé...




Sa tante tenait une boutique étrange dans une rue étroite dans cette ville proche de la mer. Depuis fort longtemps port de pêche côtière ,vivante, un port de plaisance, spacieux, s'était ajouté depuis un dizaine d'années.

La population, hors saison, forte de quelques milliers d'habitants doublait durant l'été. Les nombreuses et riches résidences secondaires voyaient souvent passer leurs occupants aussi aisés que oisifs, lors des occasions multiples dans l'année.




Le commerce de Bianca, genre démodé par les gafam, une herboristerie un lieu étrange,discret,repaire des initié-es, de tous ces gens qui savent que la vie sans le mystère des plaisirs secrets n'est qu'une servitude.

Un monde de parfums, d'odeurs et de fragrances rares accueillait les clientes. Cela tenait de la caverne des elfes, de la maison hobbit, et des lieux où oeuvrentt apothicaires et alchimistes, sorciers et sorcières de bon aloi.

Partout des dames-jeanne, des flacons, des tubes à essais, un alambic majestueux trônait sur la paillasse.

Les clientes exigaient que Bianca réponde à toutes leurs demandes, les plus compliquées, ou les plus personnelles voir intimes...

Cela passait par les décoctions, tisanes et infusions diverses et pour tous usages. Les ingrédients restaient le secret de la magicienne du lieu...l'allopathe local, intrigué, esseya plusieurs fois, d'en déterminer la composition, en perte...




Retrouver le sommeil pour le peupler follement de tous les rèves réalisables, de ceux qui agitent les nuits . . .

Les plantes savent, depuis toujours, soigner ces affections relèvant d'une médecine douce et ce qui faisait une clientèle de femmes avisées. Des mères, transmettant à leurs filles leurs propres expériences, expliquaient que dans le monde courant on dit :"homéopathie" par discrétion autant que par ignorance...




Clara, dans son lit, examinait chaque soir le vieux grimoire sans titre. Il semblait usé d'aspect, relié d'un cuir épais encore odorant, gravé au petit fer et portant des figures sybilines semblables à des runes antiques.

Elle vit qu'il se présentait comme un agenda ou un éphéméride. Calqué sur le calendrier usuel, celui de Grégoire XIII.

Sur chaque page étaient mentionnés secrets et formules concernant les natifs-ves du jour.

En allant au 17 mars, jour de sa naissance, elle apprit tout ce qui déterminait ce jour : le saint, le génie, les parfums,les choses à faire, la recette à préparer pour attirer l'amitié, ou l'amour, d'un homme ou d'une femme...accompagnée d'une formule impérative :

"esprits de la nuit, entendez ma supplication , pour qu'elle contreigne l'amitié à moi, envoyez vers moi (il/elle) pour partager le temps, qu'il/elle soit mon-ma famlier-ère sur-le-champ !"




Trois gravures ornaient la page. La première montrait St-Patrick, saint du jour, triomphant d'un suppôt de Satan.

La seconde c'était une femme richement vêtue chevauchant en amazone un hippogriffe aux sept têtes grimaçantes.

Elle tenait, à bras tendu, un vase ouvragé, fermé. Elle semblait porter la Sagesse chevauchant la force brute...

La troisième gravure montrait une femme jeune, s'apprêtant à payer sa commande dans une boutique ésotérique

avec la mention : "le plus important en magie est de pouvoir visualiser ce qu'on désire..."




Bianca arriva dans cette ville agréable, vouée aux résidences secondaires, une douzaine années avant ce jour.

Avec, pour toute fortune son diplôme d'alchimiste-herboriste, et sa nièce Clara dans son couffin.

Elle venait, mandatée par la Ligue, pour reprendre et continuer l'activité de l'herboristerie connue de toutes

les Dames de la bonne société locale, celles dont les époux sont des notables aisés et peu regardants...

Voulant se retirer, l'herboriste en place accueillit avec joie sa remplaçante qu'elle présenta à sa clientèle fournie et fidèle.

La Ligue, partout où elle est présente, est propriétaire de ces commerces hors du temps, tenus par des femmes diverses

mais avec en commun d'être diplômées de cette Université fondée il y a très longtemps, là-bas au Nord.




Située donc au nord des collines brumeuses, elle est inaccessible et invisible à tous-tes les non initiés-es.

Hogwarts est son nom et les études complètes y durent sept ans afin d'obtenir le diplôme final tellement prisé !

Entrée à l'âge de 11 ans, Bianca, fut affectée à la Maison Poudsouffle. Elle croisa Hermione, "mademoiselle "je-sais-tout !"

dans sa dernière année.

Elle apprit et partagea ainsi les valeurs communes de l'Ecole : "vérité, courage, amitié, justice,",

Ainsi que la devise du lieu : "Draco dormiens nunquam titillandus" , aujourd'hui, encore, elle l'observe, avec sagesse.







Clara constata, que chaque page, pour chaque jour de l'année, indiquait pour chaque natif-ve toutes les choses les concernant et qu'ils doivent connaitre sur eux-mêmes...Elle chercha un fil directeur dans ce livre à usage des sorcières de qui pratiquent la bonne magie, la Magie blanche...

Les Magiciens étudient la Nature depuis siècles et ont accumulé dans les mémoires et grimoires un vaste savoir.

Nous le devons, le plus souvent, à d'obscurs et innombrables mages, voyageurs, bergers, guérisseurs, devins, chiromanciens et alchimistes à la recherche de la Pierre Philosophale...

Jadis ce n'était pas la médecine qui soignait, c'était la sorcellerie. Parmi les mages illustres l'un d'eux est cité en début de chaque

année scolaire : Léonardo da Vinci.




Bianca arrivait chaque matin à 9H à la boutique. La rejoignait une jeune fille moldue qui assurait les ventes aux visiteuses de l'herboristerie. Ainsi elle pouvait, dans l'arrière boutique, son laboratoire, préparer poudres, mélanges, élixirs, onguents, infusions

et décoctions diverses.

Il s'agissait des demandes particulières que certaines dames de la bonne société locale lui commandaient pour des usages (très) personnels et très variés. Agissant sur le physique ou sur le psychique.

En particulier un filtre d'amour destiné à ranimer les ardeurs chancelantes si besoin était, ou les provoquer, si nécessaire.




Bianca livrait elle même ces préparations au cours de rencontres dans les réceptions mondaines, qui se tiennent dans des

lieux choisis tels que le Tennis-Club-House, le cosy-bar du Cercle d'équitation et le salon du Yacht-Club très prisé...

La jeune et attrayante herboriste intéressaient les élégants tennismen, ainsi que les hardis cavaliers, sans omettre les attentions appuyées des yachtmen au teints cuivrés...

Bianca évitait élégamment ces troubles attentions en ne quittant jamais le cercle respectable des épouses de tous ces messieurs,

tous pourvus en moyens sérieux et conséquents. Au fil du temps elle s'y était faite un petit groupe d'amies intimes.




Clara, chaque soir, lisait et relisait l'ouvrage confié par sa Tante. Au fil des pages elle remarqua que 54 jours, sur l'année, portaient

une recette qui traitait "du" sujet qui occupait les esprits et les conversations dans les groupes de son lycée.

Tous-tes les adolescents-tes se préoccupent beaucoup des sentiments tels que l'attirance, la préférence et l'Amour . . .

Deux à trois fois l'an sa Tante Bianca recevait des visiteuses venues de Hogwarts, étant dans leur septième année de formation

elles devaient impérativement compléter leurs mémoires de fin d'études suivant leur spécialité étudiée.

.

Pour ce faire, ils-elles leur fallait s'informer de la réalité de ce qu'est la magie dans le monde-moldu de chaque époque.

Clara aimait ces visites de quelques jours. Toutes ces étudiantes avaient vingt ans environ, toutes respectueuses envers

sa Tante Bianca qui, vivant depuis longtemps dans la banalité civile, était une référence reconnue.




Bianca, à la fin d'explications, ajouta :

Clara dans quelques jours une étudiante de Poudsouffle va venir en visite.

Si tu le veux tu pourras repartir avec elle pour Hogwarts et y faire tes études de magie, la blanche...Réfléchis et tu décideras..

La Maison Poudsouffle a pour valeurs : équilibre, loyauté, constance et patience...elles sont toujours les miennes.




En voyant Alba descendre du train Clara sut à l'instant qu'elle partirait étudier à Hogwarts. La 'grande' prit Clara sous son aile et répondit à toutes les questions qu'elle formula. Ce que Bianca lui avait inculqué depuis toutes ces années: l'herboristerie, l'alchimie, la magie...lui apparaissaient maintenant dans leur nécessité d'être : "Merci Tante Bianca !"




En voyant s'éloigner le train qui emmenait Alba et Clara, Bianca soupira en pensant à tout ce qui attendait sa nièce et

qu'elle aurait le bonheur de découvrir à Hogwarts durant les sept années à venir.




Elles allaient traverser la moitié du pays, changer de train une fois, et rejoindre King's Cross , là elles passeraient sur

le quai 9-3/4 où attend le convoi pour Hogwarts.




Allons ! Et maintenant ? Où en suis-je ? Heureuse pour Clara...Et moi ? Vais-je continuer ma vie ainsi ? Pourquoi pas ?

Ce dont je suis certaine c'est de poursuivre ma mission, de partager...Et ne jamais me marier ! sauf si... Peut-être, convertir

cette jeune moldue qui tient si bien la boutique...Elle plait à mes clientes, une qualité première...Et son teint nivéen attire...

Je vais préparer mon filtre infaillible, celui que je réserve à mes meilleures clientes, les plus sensuelles...Ensuite...

Lui enseignerai-je tout ce qu'elle doit savoir ? Oui, pour qu'elle franchissent la ligne invisible, celle qui retient les moldues

dans la banalité quotidienne de leur monde...Et lui faire découvrir l'autre, le notre, le mien...




                                                                                                        @

Commentaires 3

  • Alpico

    Ton texte crée une atmosphère mystérieuse .

    M’est avis qu’à certaines époques , Bianca ,soupçonnée de sorcellerie, aurait fini rôtie sur un bûcher —mais comme tu situes son commerce à notre époque (Tennis , club d’équitation , Yatch-Club) , que risque-t-elle avec la mode présente des « médecines douces » ?
    Pendant un instant , je m’attendais à te voir évoquer des messes noires : en bref, Bianca est-elle du côté du Bien ou de celui du Mal ?

    Alpico

  • Eglantine

    Belle histoire ! elle me rappelle la petite boutique d'herboriste de mon enfance avec ses pots et ses bonnes senteurs .

    Eglantine

  • Eglantine

    Ce Jour

    Regardes à ce jour
    Car C'est la vie
    La vraie vie de la vie
    Dans sa brièveté se trouvent
    Toutes les réalités de l'existence
    La joie de la croissance
    La splendeur de l'action
    La gloire du pouvoir
    Hier n'est qu'un souvenir et
    Demain n'est qu'un rêve
    Mais aujourd'hui bien vécu
    Fait de tous les "hier" un souvenir heureux
    Et de tous les "demain" une vision d'espoir .

    Soyons donc attentifs à aujourd'hui , à cette journée .

    Ancien poème Sanscrit

    Eglantine

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.