Association Encrier - Poésies

Rencontres avec des textes d'auteurs Rencontre avec ClaudeGrijelvas , Michel Boujut(1940-2011) et Paul Strand : Le jeune homme en colère

À partir d’une photo du photographe américain Paul Strand (1890-1976), au terme d’une longue enquête, Michel Boujut retrouve le garçon : Claude Grijelvas qui, en Charente, dans les années 50, a fixé l’objectif de son regard furibard.

Extrait des pages 99 à 102 du livre de Michel Boujut : Un jeune homme en colère

J'avais préparé toute une batterie de questions mais il était arrivé tout de suite à l'essentiel, à cette vieille douleur d'adolescents d'autrefois, de celle qui est partout et dans tous les cœurs mais qui ne s'exprime pas sans réticences.

—Vous comprenez dans ma famille j'avais pas intérêt à la ramener; on me laissait pas le choix, je devais accepter ce qu'on avait décidé pour moi; il n'y avait pas beaucoup de compassion dans tout ça; pour un pet de travers, les coups se mettaient à pleuvoir si vous voulez savoir; j'étais harcelé toute la sainte journée; je sentais bien que je me repliais sur moi-même à remâcher ma peine; je n'ouvrais quasiment pas la bouche, c'est bien simple ,et quand on me parlait, c'était pour m’agresser.

Claude est tout pâle, les yeux brillants sous le front bombé il bout encore, l'adolescent en salopette à la mèche rebelle, à évoquer ces années à Gondeville .

Chez le retraité, c'est le regard d'autrefois, celui de la photo qui se rallume, comme si ce jour d’été Paul Strand n'avait confisqué son expression que pour mieux la lui rendre à jamais.

Oui, c'est bien lui le jeune homme contrarié, le jeune homme retrouvé, d’un autre temps;

Gisèle sa compagne nous a servi un vieux porto ramené de vacances au Portugal.

—Et vous avez fini par me retrouver! chapeau! …et tout ça à cause de ma bobine en photo..

—Une bobine célèbre!

—Faudrait pas me prendre pour lady Diana tout de même; bref vous vous demandez pourquoi j'étais tant en pétard?… C'est bien ça ? Je vais vous dire… J'étais pas souvent heureux de ce temps-là . Mon père était un homme droit et franc comme l’or, mais ma mère, pardon, avec elle ça rigolait pas tous les jours. Bref, on finissait juste de déjeuner lorsque cette équipe est arrivée comme un cheveu sur la soupe!

—On avait appris par ma sœur qu'un ami de Monsieur Roy était au village et qu'il prenait des photos. Ils étaient accompagnés par une petite femme, une brunette, si je me souviens bien. Mon père a discuté un moment avec eux et puis il s'est retourné vers moi et m'a dit qu'on allait me photographier. Moi je voulais pas, mais rien qu'à la façon dont le père m'a regardé, j'ai compris que j'avais intérêt à la boucler et à faire ce qu'on me disait. Imaginez bien l’honneur que c'était pour mon père de recevoir chez lui un Américain victime du maccarthysme!… Il s’ appelait t comment déjà ?Strons?

—Strand ,Paul Strand

—Strand a commencé à préparer son matériel dans la cour avec des gestes précis, mais en prenant son temps un fourbis énorme

—C’était le début de l'été

—La mi-juillet je pense … Le temps des moissons. Je venais de terminer mon apprentissage à Ruelle, je marchais bien, j'étais même sorti premier, ce que je voulais c'était faire ajusteur-tourneur quand j'avais dit à mon père que je voulais m'inscrire à la rentrée pour le brevet industriel il avait répondu :

" Non mon garçon tes sœurs n'ont pas pu continuer leurs études, ce sera pareil pour toi " .

—J’ai alors appris forgeron mais c'est pas ça qui me plaisait…

—Bref, après cette foutue photo, j'ai pas pu aller à la pêche ce jour là. Il faut comprendre que c'était mon seul moment de répit, ma seule distraction, avec personne derrière mon dos à me dire : " Fais ci, fait ça".

Fallait bien que je lui montre au photographe que j'étais pas content il voulait que je le regarde bien en face alors je l'ai regardé en espérant qu'il comprendrait le message .

—Il en dit long, mon regard , vous pensez pas?... Il m'a pas loupé, l’artiste!…

Plus tard je l'ai vue la photo quand Claude Roy a offert le livre à mes parents.

—J'en revenais pas de me retrouver dans un bouquin, moi, le moins que rien!

—Dites, Strand, il est mort? forcément ?

Pages 99 à 102

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.