Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Georges Perec : Un homme qui dort( extrait)

Il y a mille manières de tuer le temps et aucune ne ressemble à l’autre , mais elles se valent toutes , mille façons de ne rien attendre , mille jeux que tu peux inventer et abandonner tout de suite,

—————————

Tu as tout à apprendre, tout ce qui ne s'apprend pas : la solitude, l'indifférence, la patience, le silence. Tu dois te déshabituer de tout : d'aller à la rencontre de ceux que si longtemps tu as côtoyés, de prendre tes repas, tes cafés à la place que chaque jour d'autres ont retenue pour toi, ont parfois défendue pour toi, de traîner dans la complicité fade des amitiés qui n'en finissent pas de se survivre, dans la rancœur opportuniste et lâche des liaisons qui s'effilochent.

——————————

Tu es seul, et parce que tu es seul, il faut que tu ne regardes jamais l'heure, il faut que tu ne comptes jamais les minutes. Tu ne dois plus ouvrir ton courrier avec fébrilité, tu ne dois plus être déçu si tu n'y trouves qu'un prospectus t'invitant à acquérir pour la modique somme de soixante-dix-sept francs un service à gâteaux gravé à ton chiffre ou les trésors de l'art occidental.

————————

Tu dois oublier d'espérer, d'entreprendre, de réussir, de persévérer.

———————

Tu te laisses aller, et cela t'est presque facile. Tu évites les chemins que tu as trop longtemps empruntés. Tu laisses le temps qui passe effacer la mémoire des visages, des numéros de téléphone, des adresses, des sourires, des voix.

Georges Perec - Un Homme qui dort p.62-63 (Denoël 1989)

:::::::::::::::::::::::::

En cliquant sur la ligne ci-dessous , vous pouvez découvrir une vidéo dans laquelle , à la sortie de son livre en 1967 , Georges Perec répond aux questions de Desgraupes :

A propos de "Un homme qui dort"

Écoutez

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.