Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Kenneth White Rencontre avec Kenneth White : La maison des marées

  La maison des marées

À huit kilomètres de la ville

se trouve un lieu dit

le Champ blanc

—————

deux ailes et une blancheur

(l'idéogramme pour «persévérance »)

—————

des landes, une côte rocheuse

et une centaine d'îles

la mer souvent verte, vert tempête

mais d'un bleu vif, parfois, un bleu

à couper le souffle

et toujours, le brisement des vagues

—————

paix, paix dans les brisements

——

un lieu, ici, d'ombre et de lumière

ombres et lumières

vite alternées

le soleil révèle, les nuages voilent

et toujours une musique :

le vent sur la lande, la mer sur la côte

et un silence

———————

un cinquième quatuor

———

«il faut être immobile

et toujours en mouvement

pour une meilleure union

une plus profonde communion

à travers le froid et l'obscur

le vide et la désolation

le cri des vagues, le cri du vent

les vastes eaux

du pétrel et du marsouin»

———

un chemin bordé d'ajoncs

cette maison de pierre

tapissée d'un millier de livres

qui parlent d'idées, d'îles

selon un ordre

encore très confus

vaguement senti

——

chaoticisme

————

où sommes-nous?

où allons-nous?

l'un des grands défricheurs

des broussailles de l'esprit

dit qu'il s'agit d'avancer

vers un lieu neuf

une clairière

nous dirons ici

atlantica

un souffle, une ampleur

———

espace pélagien

ce qui fut écarté, délaissé

quand les routes furent construites

et les codes de l'ordre

enfoncés dans les crânes

ce qui fut écarté

devenant de plus en plus faible

de plus en plus fou

—————

présent encore dans le cri des mouettes

dans le fracas des vagues

dans ces ombres, ces lumières

mais qui entend? qui voit?

qui sait dire?

————

une autre terre mentale

———

me voilà donc sorti

dans le territoire

marchant

dans le blanc du matin

————

marchant, observant

écoutant

——

fleurs jaunes

qui dansent au vent

un corbeau sur une branche

qui croasse

le ruisseau

qui reflète le ciel

dans ses rides gris-bleu

plage blanche, varech

la démarche hautaine

des huîtriers

un crabe bleu qui tâtonne dans une flaque

coquille luisante

———

les notes s'accumulent __

vers une écriture

qui vise plus haut

que l'art de faire des vers

avec de plates généralités

et des jérémiades

————-

archipel atlantique

le sentiment de quelque chose

à recueillir

———

l'esprit tâtonne

comme un crabe bleu dans une flaque

danse au vent

reflète le ciel dans son flux

vole haut

laisse des traces sur le sable

gît déposé au hasard

sur la laisse de haute mer

————

revient aux livres

aux nombreux manuscrits

——

scriptorium

in candida casa

altus prosator

————

jumelles dirigées

sur le toit rouge

de l'ancienne sardinerie

à la pointe du promontoire —

question d'homologie

———

un lieu pour travailler

(travailler

tout élaborer)

un lieu pour accueillir

une étrangeté

——————

cette étrange activité

(philosophie ? poésie ?

pratique ? théorie ?)

————

d'une accumulation de faits

vers un poème pluriel

——

au-delà du général.


Kenneth White -Atlantica- Grasset 1986

Extraits de Quelques notes sur les poèmes (page 222 de Atlantica)

Mandala océanique … Le « Champ blanc » existe topographiquement , tout près de chez moi (il y a parfois de ces coïncidences … ) « Paix dans les brisements » est bien sûr un petit salut à Henri Michaux . Les vers cités après l’évocation d’un « cinquième quatuor » proviennent des Quatre Quatuors de T.S. Eliot .

Je me réserve de parler plus en détail du « chaoticisme » une autre fois , mais disons qu’il s’agit , en gros , de l’ordre dans le désordre ou de quelque cohérence inédite dans le champ anarchique .

Le « défricheur des broussailles de l’esprit » auquel il est fait allusion est Martin Heidegger ( dans ses meilleurs textes …) . Sriptorium , c’est le lieu où travaillaient les « écrivains » (c’est-à-dire les copistes) dans un monastère . Candida casa , le nom que Ninian (encore un de ces moines celto-chrétien ) donna au monastère qu’il fonda dans le sud de l’Écosse ( mais j’extrapole bien sûr) . Altus prosator signifie littéralement « haut prosateur » (c’est-à-dire à peu près « poète ») .

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.