Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Kenneth White Rencontre avec Kenneth White : Lecture de Han Shan dans les Pyrénées

Lecture de Han Shan dans les Pyrénées

1

Les disciples du Bouddha

l'appelaient le « moine-poète »

pour ceux de Lao-tseu

il était « ermite et mystique»

pour les confucéens

un excentrique un peu fou

qui avait parfois des éclairs

—————

pour lui-même il était

Montagne Froide

faisant de son mieux

ne sachant jamais trop

où cela le menait.

——————

2

Du Guangting (850-933)

dans son Shanxian Shiyi

dit que Han Shan

«vivait sur le mont Cuiping

dans la chaîne des Tiantaï»

selon les taoïstes

la chaîne des Tiantaï

était un de ces lieux

«où des ailes poussent aux hommes»

de temps à autre il descendait

au monastère de Guoquing

chercher des vivres à la cuisine

mais passait là-haut le plus clair de son temps

parmi les nuages blancs.

——————

3

Il n'avait pourtant pas toujours vécu là

il évoque la rue du Moineau-rouge

à Chang'an

où il avait soulevé la poussière du monde

(souvenirs de douces jeunes filles:

«jeunes filles jouant au crépuscule

la brise porte leur parfum à travers la rue»)

avant de partir pour les hauteurs.

—————————

4

Un bonhomme peu orthodoxe

hors des classifications

s'il faisait un peu de zazen quand cela lui chantait

il se moquait des «dos raides»

et de tous les «crânes rasés»

————

tao-bouddhiste, soit

mais disons plus simplement

poète de la montagne

et entrons dans ses poèmes

—————

trois cent onze en tout.

———————

5

«Un certain pisse-froid du nom de Wang

a dit que mes poèmes étaient tout de travers

que je n'avais aucun sens de la prosodie

ils me font rire avec leurs "vers corrects"

ce sont tous des aveugles parlant du soleil»

———

que je trouve un seul homme aux yeux neufs

disait Han Shan

——

et mes poèmes feront le tour du monde.

————————

6

«Je suis parti voir un grand moine

brume sur la montagne tout le long du chemin

le vieux m'a montré la route du retour :

la lampe ronde de la lune»

———

«flânerie sur le mont Huading

ciel clair, belle journée»

————

«quand la lune brille

toute blanche

on peut oublier l'est et l'ouest.»

—————————

7

Ces poèmes de la Montagne Froide

sont comme un jour à deux aurores.


Kenneth White

Information sur Han Shan : Han Shan

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.