Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Kenneth White Rencontre avec Kenneth White : Prose pour le col de Marie-Blanque

Prose pour le col de Marie-Blanque 
*

C’est l’hiver dans la montagne profonde. La neige tombe à gros flocons. Ici, au col de Marie-Blanque, on marche, lentement.

« Ce n’est ni une étude, ni un savoir livresque, cela filtre à travers l’esprit » 

Le col de Marie-Blanque n’a rien de grandiose. C’est un petit col de rien du tout. On n’y fait pas des prouesses.  On y cherche autre chose.

« L’homme réel possède le diamant de la connaissance »

Le sentier grimpe à travers les bois : sapins, chênes, bouleaux. Il y a si peu à dire. Nous ne parlons pas.  Nous mettons un pied devant l’autre et laissons faire la neige.

« Les loups seuls demeurent dans le bois obscur et silencieux »

  Nous sommes les loups blancs de ces espaces ultimes. Nous aimons cette distance, ce froid illuminé. Notre vie est secrète. Elle n’est plus à nous.

« Si le grand givre n’a pas mordu les branches, comment les fleurs du prunier peuvent-elles être odorantes ? »

Lorsqu’on me demandera à quelle religion j’appartiens,  je dirai : à celle du col de Marie-Blanque.


* le col de Marie-Blanque culmine à 1035 mètres. Il se situe dans le département des Pyrénées Atlantiques et relie les vallées d’Aspe et d’Ossau.

Kenneth White, “Un monde ouvert, Anthologie personnelle”  (Gallimard, Collection Poésie 2007) ou Terre de Diamant pages 225-227 Grasset

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.