Association Encrier - Poésies

Rencontres avec des textes d'auteurs Rencontre avec Les Mille et une nuits : extrait du Prologue

Le roi s’endormit quand il entendit un bruit épouvantable.

La mer se mit à s’agiter comme si elle s’ouvrait; et, tout à coup, il en sortit une grosse colonne de fumée noire qui monta, monta vers le ciel et se dirigea vers la prairie. Le roi se leva et grimpa dans l’arbre pour s’y cacher.

À peine était-il monté, que la colonne de fumée se secoua et se changea en un génie, géant, noir, hideux, et d’une hauteur prodigieuse. Il portait sur l’épaule une grande caisse de verre, fermée à quatre serrures d’acier. Il vint la déposer au pied de l’arbre où le roi s’était caché.

Le génie ouvrir la caisse avec quatre clés qui pendaient à sa ceinture. Il en sortit aussitôt, richement habillée, d'une taille majestueuse, et merveilleusement belle, une jeune femme : la femme du génie.

Il la fit asseoir à côté de lui et lui dit, en la regardant tendrement : « O toute belle ! toi que j'ai toujours tant aimée, laisse-moi dormir un peu près de toi, car le sommeil m’écrase. » Ce-disant il laissa tomber sa grosse tête sur les genoux de sa femme , puis il s’étendit de tout son long : la tête sous l'arbre , il allongea ses jambes jusque dans la mer. Il s'endormit et le rivage vibra de ses ronflements.

La jeune femme alors se leva. Ses yeux devinrent méchants, et elle dit tout haut : « Affreux génie ! crois-tu qu'on peut t’aimer avec ton nez crochu et tes mains comme des pelles? Et tu te crois fort? Si tu savais tout ce que je te vole! dans ta maison encore! Heureusement, tu es très bête, tu ne vois rien, n’entend rien . Quand je voudrais, tout d'un coup je me débarrasserai de toi .Tu ne connais pas les femmes ! Ha! Ha! Ha! »

Quand le roi Schariar l’entendit, il se consola au sujet de sa femme. Il attendit le départ du génie, et reprit le chemin de la ville.

Collage de Carelman

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.