Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Ramuz : Calme (extrait de Les pénates d'argile)

CALME

COMME L’EAU QUI S’EST DÉTENDUE ME L’ENSEIGNE PAR SA BELLE LIGNE DROITE D’UNE RIVE À L’AUTRE QU’AUCUN RELIEF NE VIENT BRISER , JE VEUX QUE MA PENSÉE RETOMBE DES ASPÉRITÉS , QU’ELLE S’ÉLÈVE ET DEMEURE ALLONGÉE DANS L’IGNORANCE DU VENT . APRÈS L’ORAGE ET L’EFFORT QU’ELLE A PORTÉS VERS LE CIEL , TOUTE DÉPLIÉE EN DIVERS ENDROITS COMME DES VAGUES AIGÜES , IL EST BON QU’ELLE CONNAISSE LES EAUX DORMANTES ET LISSES POUR QU’ELLE LES LIMITE DANS SON INTÉRIEUR , QUAND LE CIEL EST VIDE DE SOUFFLES ET QUE LA MONTAGNE DEMEURE EN MÉDITATION . MA PENSÉE AURA SUCCESSIVEMENT LA BEAUTÉ DE LA FORCE QUI S’ÉPUISE ET DE LA FAIBLESSE QUI S’AVOUE , L’UNE EST SUBITE ET BRÈVE , L’AUTRE DURABLE , ET TOUTES DEUX FÉCONDES , CAR MAINTENANT ELLE EST DE CELLES QUI RENONCENT SOUVENT VERS LE SOIR , QUAND LA FATIGUE LA PREND COMME UNE FEUILLE QUI S’ENROULE . ELLE CONSIDÈRE ALORS L’IMAGE DU LAC QUI GARDE SON ESPACE DANS SON IMMOBILITÉ OÙ LES VENTS LE RÉDUISENT ET COMME IL EST MENAÇANT PARCE QU’IL VA BONDIR À LA PLUS PETITE INVITATION DES CIEUX .

RAMUZ-LES PÉNATES D’ARGILE

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.