Association Encrier - Poésies

Ossip Mandelstam Rencontre avec Ossip Mandelstam : Le loup

Le loup

Pour les siècles futurs et leur gloire de feu,

Pour cette insigne tribu humaine,

On a ôté ma coupe au festin des aïeux,

Volé ma joie et mon honneur même.


C'est le siècle chien-loup qui sur moi s'est jeté,

Mais pas de sang de loup dans mes veines...

Enfouis-moi bien plutôt dans la manche fourrée,

Si chaude, des steppes sibériennes.


Pour ne pas voir les lâches, ni le chemin fangeux,

Ni la roue où sang et os se mêlent ;

Pour que toute la nuit brillent les renards bleus,

Tels qu'en leur beauté originelle.


Mène-moi où L'Ienisseï coule dans la nuit,

Où les grands pins touchent les étoiles,

Parce que par le sang aucun loup je ne suis

Et seul pourra me tuer mon égal.

17-28 mars 1931

les poèmes de Moscou 1930-1934

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.