Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Villon Rencontre avec Villon : Le quatrain que feit Villon quand il fut jugé à mourir

Le quatrain que feit Villon quand il fut jugé à mourir

Je suis François, dont il me poise

Né de Paris emprès Pontoise


Et de la corde d'une toise


Saura mon col que mon cul poise

Je suis François, cela me pèse,

Né à Paris près de Pontoise,

Et de la corde d'une toise

Mon cou saura que mon cul pèse !

:::::::

Je suis François. Aragon a entendu cette voix lui qui, pendant la Résistance, se renomme François la colère. Il signe ainsi son texte clandestin Le Musée Grévin en 1943.

Cette même année il écrit un poème en contrepoint du quatrain de Villon :

« Je suis François C’est le nom que j’ai pris Où je suis né fait peu de différence ».

À la dernière strophe, après avoir joué avec sa connaissance du Moyen Âge : « François de France ainsi qu’on dit Marie », – le lecteur doit comprendre Marie de France, il proclame son modèle : « J’emprunte à Villon cette ritournelle / Toute chanson poignante est de Paris ». La poésie de Villon vit.

(Fin de l'article de Jacqueline Cerquiglini-Toulet, ««Je suis François, dont il me poise». Villon ou l’art de la fuite», Acta Litt&Arts En ligne, Acta Litt&Arts, Relire Villon : Lais, Testament, Poésies diverses, mis à jour le : 27/12/2020, URL : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/actalittarts/624-presentation-relire-villon-a-l-aune-de-son-epitaphe.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.