Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Villon Rencontre avec Villon : Extraits du Grand Testament

Écoutez Gilbert Robin

LXXXV.

Premier, je donne ma pauvre ame

A la benoiste Trinité,

Et la commande à Nostre Dame,

Chambre de la divinité ;

Priant toute la charité

Des dignes neuf Ordres des cieulx,

Que par eulx soit ce don porté

Devant le Trosne precieux

LXXXVI.

Item, mon corps j’ordonne et laisse

A nostre grand mère la terre ;

Les vers n’y trouveront grand gresse :

Trop lui a faict faim dure guerre.

Or luy soit delivré grand erre ;

De terre vint, en terre tourne.

Toute chose, se par trop n’erre,

voulontiers en son lieu retourne.

LXXXVII.

Item, et à mon plus que père,

Maistre Guillaume de Villon

Qui m’a esté plus doulx que mère

D’enfant eslevé de maillon ;

Dejetté m’a de maint boillon,

Et de cestuy pas ne s’esjoye,

Si luy requiers à genoillon,

Qu’il m’en laisse toute la joye.

(LXXXVIII.

Je luy donne ma librairie,

Et le Rommant du Pet au Diable,

Lequel maistre Gui Tabarie

Grossoya, qu’est hom veritable.

Par cayers est soubz une table.

Combien qu’il soit rudement faict,

La matiere est si très notable,

Qu’elle amende tout le meffaict.)

LXXXIX.

Item, donne à ma bonne mère

Pour saluer nostre Maistresse,

Qui pour moy eut douleur amère,

Dieu le sçait, et mainte tristesse ;

Autre chastel ou fosteresse

N’ay où retraire corps et ame,

Quand sur moy court male destresse,

Ne ma mère, la povre femme !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.