Association Encrier - Poésies

Rencontres avec des textes d'auteurs Rencontre avec un texte de Modiano

Patrick Modiano Extrait de "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"  Éditions Gallimard, 2014

Presque onze heures du soir. Quand il se trouvait seul chez lui, à cette heure-là, il ressentait souvent ce qu'on appelle un « passage à vide ». Alors, il allait dans un café des environs, ouvert très tard, la nuit. La lumière vive, le brouhaha, les allées et venues, les conversations auxquelles il avait l'illusion de participer, tout cela lui faisait surmonter, au bout d'un moment, son passage à vide. Mais depuis quelque temps il n'avait plus besoin de cet expédient. Il lui suffisait de regarder par la fenêtre de son bureau l'arbre planté dans la cour de l'immeuble voisin et qui conservait son feuillage beaucoup plus tard que les autres, jusqu'en novembre. On lui avait dit que c'était un charme, ou un tremble, il ne savait plus. Il regrettait toutes les années perdues au cours desquelles il n'avait pas fait assez attention aux arbres ni aux fleurs. Lui qui ne lisait plus d'autres ouvrages que l'Histoire Naturelle de Buffon, il se rappela brusquement un passage des Mémoires d'une philosophe française. Celle-ci était choquée de ce qu'avait dit une femme pendant la guerre : « Que voulez-vous, la guerre ne modifie pas mes rapports avec un brin d'herbe. » Elle jugeait sans doute que cette femme était frivole ou indifférente. Mais pour lui, Daragane, la phrase avait un autre sens : dans les périodes de cataclysme ou de détresse morale, pas d'autre recours que de chercher un point fixe pour garder l'équilibre et ne pas basculer par-dessus bord. Votre regard s'arrête sur un brin d'herbe, un arbre, les pétales d'une fleur, comme si vous vous accrochiez à une bouée. Ce charme — ou ce tremble — derrière la vitre de sa fenêtre le rassurait. Et bien qu'il soit presque onze heures du soir, il était réconforté par sa présence silencieuse.

Commentaires 2

  • patricia

    Sans doute Patrick Modiano a-t-il une parfaite maîtrise de la langue française ; je suis étonnée par la phrase tirée du texte ci-dessus : "Et bien qu'il soit onze heures du soir, il était réconforté par sa présence silencieuse". Si l'on respecte la concordance des temps, ne faudrait-il pas écrire : "Et bien qu'il fût onze heures du soir, il était réconforté..." ? Peut-être il y a-t-il une intention littéraire précise dans ce cas.

    patricia

  • alpico

    Effectivement, il y a un petit relâchement .
    Terminant ce soir le grand livre « Les fous du rois » de Robert Penn Warren ,dans la traduction de Pierre Singer ( livre de poche épuisé , mais l'éditeur « les belles lettres » vient de rééditer ce roman), je trouve page 702 (à la fin du livre ) cette phrase qui illustre la règle que vous évoquez :

    « … il se trouvait ainsi dépouillé d’un souvenir qui était , sans qu’il s’en doutât , la substance de sa vie; toutefois , un peu plus tard , il en tira une sorte de satisfaction , car cela signifiait qu’on ne pouvait le tenir coupable de quoi que ce fût , même d’avoir gaspillé son bonheur , ou d’avoir tué son père , ou d’avoir livré ses deux amis aux mains l’un de l’autre , et à la mort . «

    alpico

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.