Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Jean Mambrino : Orphée innombrable

Orphée innombrable

Parle . Ouvre cet espace sans violence . Elargis

le cercle , la mouvance qui t’entoure de floraisons .

Etablis la distance entre les visages , fais danser

les distances du monde , entre les maisons ,

les regards , les étoiles . Propage l’harmonie ,

arrange les rapports , distribue le silence

qui proportionne la pensée au désir , le rêve

à la vision . Parle au-dedans vers le dehors ,

au-dehors vers l’intime . Possède l’immensité

du royaume que tu te donnes . Habite l’invisible

où tu circules à l’aise . Où tous enfin te voient .

Dilate les limites de l’instant , la tessiture

de la voix qui monte et descend l’échelle

du sens , puisant son soufffle au bord de l’inouï .

Lance , efface , emporte , allège , assure , adore . Vis .

Jean Mambrino

Extrait de la troisième partie du recueil la saison du monde chez José Corti

:::::::::::::::::::

Dans un entretien avec Patrick Kechichian dans Le Monde d’aujourd’hui du 1er-2 juin 1986 , Jean Mambrino donne la définition suivante de la poésie:

"C’est un langage silencieux qui efface ses propres traces pour qu’on entende ce que les mots ne disent pas ; Elle ne change pas la vie mais tient tête au malheur en affirmant notre dignité .Elle reçoit autant qu’elle donne . Elle permet un embrassement secret dans la nuit . "

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.