Association Encrier - Poésies

Rencontre avec Villon Rencontre avec Villon : Les contredits de Franc Gontier Ballade

Écoutez Alain Cuny

Franc_Gontier.jpeg

Franc_Gontier_2.jpeg

Les contredits de Franc Gontier

Ballade

Sur mol duvet assis, un gras chanoine,

Lez un brasier, en chambre bien nattée,

A son côté gisant dame Sidoine

Blanche, tendre, polie et attintée,

Boire hypocras, à jour et à nuitée,

Rire, jouer, mignonner et baiser,

Et nu à nu, pour mieux des corps s'aiser,

Les vis tous deux, par un trou de mortaise :

Lors je connus que, pour deuil apaiser,

Il n'est trésor que de vivre à son aise.


Se Franc Gontier et sa compagne Hélène

Eussent cette douce vie hantée,

D'oignons, civots, qui causent forte haleine

N'acontassent une bise tostée.

Tout leur maton, ne toute leur potée,

Ne prise un ail, je le dis sans noiser.

S'ils se vantent coucher sous le rosier,

Lequel vaut mieux ? Lit côtoyé de chaise ?

Ou'en dites-vous ? Faut-il à ce muser ?

Il n'est trésor que de vivre à son aise.


De gros pain bis vivent d'orge et d'avoine,

Et boivent eau tout au long de l'année.

Tous les oiseaux d'ici en Babyloine

A tel écot une seule journée

Ne me tendroient, non une matinée.

Or s'ébatte, de par Dieu, Franc Gontier,

Hélène o lui, sous le bel églantier :

Se bien leur est, cause n'ai qu'il me poise ;

Mais quoi qu'il soit du laboureux métier,

Il n'est trésor que de vivre à son aise.


Prince, jugez, pour tous nous accorder.

Quant est de moi, mais qu'à nul ne déplaise,

Petit enfant, j'ai oï recorder :

Il n'est trésor que de vivre à son aise.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.