Association Encrier - Poésies et quelques textes

Rencontre avec Clément Marot (1496-1544) : De soy-même

Écoutez Jean Deschamps

De soy-même

Plus ne suis ce que j'ai été,

Et plus ne le saurais jamais l'être ;

Mon beau printemps et mon été

Ont fait le saut par la fenêtre :

Amour qui as été mon maître :

Je t'ai servi sur tous les dieux.

Ah si je pouvais deux fois naître,

Comment je te servirais mieux !

——————————

  Plus ne suis ce que j’ay esté,

Et ne le sçaurois jamais estre.

Mon beau printemps, et mon esté,

Ont faict le sault par la fenestre.

Amour, tu as esté mon maistre,

Je t’ay servy sur tous les dieux.

O, si je povois deux fois naistre,

Comment je te serviroys mieulx !


——————————————————

Réponse au précédent

Ne menez plus tel desconfort,


Jeunes ans sont petites pertes :


Votre aage est plus meur et plus fort


Que ces jeunesses mal expertes.


Boutons serrez, roses ouvertes,


Se passent trop légèrement ;


Mais du rosier les fueilles vertes


Durent beaucoup plus longuement.

                        *

Sur le même propos

Pourquoy voulez-vous tant durer,


Ou renaistre en fleurissant aage ?


Pour aymer et pour endurer !


Y trouvez-vous tant d’avantage ?


Certes, celuy n’est pas bien sage


Qui quiert deux fois estre frappé,


Et veult repasser un passage


Dont il est à peine eschappé.

  Epigramme sur le temps qui passe.

    Les oeuvres de Clément Marot de Cahors,

Chez Etienne Dolet, Lyon, 1538

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.